La laïcité ne doit pas être dévoyée pour nous diviser | Halte au projet de M. Delafosse, maire de Montpellier

par Communique de presse envoye au Poing 22 septembre 2020

Le nouveau maire de Montpellier Michaël Delafosse (PS) impose depuis l’été dernier aux associations qui reçoivent de l’argent public de signer une charte relative à la laïcité. Des défenseurs de la laïcité depuis longue date lui répondent : 

Les signataires de ce texte sont tous engagés dans des combats sur différents terrains. Nous sommes tous cependant attachés à la laïcité, donc à la loi de 1905.
Aussi, nous estimons que l’édifice de libertés de conscience construit au fil du temps et des combats menés par nos ainés, parfois de manière douloureuse, permet aujourd’hui à chacun d’exercer son libre arbitre. Dans ces conditions, nous estimons que toute tentative de modifier la loi de 1905 ou de tordre la laïcité pour en faire un outil de division, ou de suspicion en direction de certains de nos concitoyens ne rentre pas dans le champ du combat pour son renforcement.

La Laïcité impose la neutralité à l’Etat et aux institutions de la République vis-à-vis des religions, dont elle n’assure ni le financement ni la promotion. C’est à ces institutions que s’imposent les obligations laïques de neutralité et non aux associations.
En revanche, les citoyens ont la liberté de conscience, et notamment ont le droit d’avoir leur point de vue sur la laïcité, libre à chacun d’avoir son avis propre.

Donc exiger des associations de signer « la charte de la laïcité » élaborée sous la direction de Macron et prévue dans la « loi contre le séparatisme », et de conditionner à ceci l’attribution de subventions, voire pire, d’aller regarder ce qu’elles disent et ce qu’elles font, tout cela n’a rien à voir avec la laïcité.

La laïcité, c’est le respect de la liberté de conscience. Comment pourrait-on forcer les consciences en imposant une vision de la société au nom de la laïcité ? Une charte de la laïcité, c’est l’oxymore de la liberté d’expression garantie par l’article 10 de la déclaration des droits de l’Homme de 1789.

Le Maire de Montpellier et Président de la Métropole veut que Montpellier soit la première ville à faire signer cette charte de la laïcité aux associations sous peine de leur refuser des subventions.

Nous lui demandons instamment de renoncer à ce projet qui viserait à vérifier et contrôler les opinions des citoyens, ce qui n’est ni le rôle ni le but de la laïcité.

Texte signé pour le moment par 90 personnes, membres, entres autres, de la CGT, LFI, LDH, PCF, ATTAC, EELV… Vous pouvez envoyer votre signature en envoyant votre nom, prénom et qualité à r.kissous[at]yahoo.fr ou alban34[at]yahoo.com


ARTICLE AGORA SUIVANT :

Enfin quelque chose de positif au gouvernement