Les gilets jaunes déconfinés de Gignac menacés par la gendarmerie

par maximefr 16 mai 2020
Le rond-point de l'Intermarché de Gignac a souvent été occupé pendant le mouvement des gilets jaunes. Ici, fin septembre 2019.

Ce communiqué reçu par la rédaction du Poing a été écris par des gilets jaunes de Gignac, il relate leur expérience du déconfinement des luttes.

 

Jeudi 14 mai à 17h, les Gilets Jaunes de Gignac et alentours ont marqué la fin de la période de confinement au rond-point Intermarché de Gignac avec des pancartes et banderoles (“Décroissance maintenant ou effondrement” – “Démondialisons, Débranchons, Décélérons” – “L’après ne sera pas comme l’avant, on n’oubliera rien” – “Merci aux derniers de cordée” – “Nos vies valent plus que leurs profits” – “Pour eux des c…s en or, pour nous des nouilles encore”). Cette action de visibilité a été organisée dans le respect des exigences sanitaires (groupes limités à neuf personnes maximum, distanciation physique, port de masques …).
Malgré le caractère pacifique de tous les participants, la gendarmerie est intervenue, sans masques et sans distanciation physique, nous demandant de quitter les lieux sous peine d’amendes. Les gendarmes ont relevé les identités et adresses de toutes les personnes présentes, y-compris de passants, prétextant qu’ils avaient des ordres, avec un arrêté préfectoral pour interdire tout acte de protestation contre le gouvernement. Nous alertons les héraultaises et héraultais ainsi que les organisations de défense des droits de l’homme sur la dérive autoritaire du pouvoir, qui profite de la situation sanitaire pour réprimer et remettre en cause les libertés fondamentales et le libre exercice du droit d’expression.

Des Gilets Jaunes de Gignac


ARTICLE AGORA SUIVANT :

Crise du coronavirus : le capitalisme tue. Éradiquons-le !