PoliceJustice
Tribune 26 septembre 2018

Innocenté, le supporteur de l’OGC Nice arrêté à Montpellier dénonce les « violences gratuites » de la police

par Le Poing

Le 22 septembre dernier, aux abords du stade de la Mosson, au soir du match de ligue 1 Montpellier – Nice, deux personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue, dont un supporteur niçois qui a tenté de s’introduire dans le stade avec une bouteille d’alcool. Accusé de « violences sur fonctionnaire de police », il a été jugé en comparution immédiate lundi dernier à Montpellier et relaxé après le visionnage des images de vidéosurveillance. Photo de ses blessures à l’appui, le supporteur évoque « une pluie de coups » qui s’est abattue sur lui au moment de son arrestation.

Mensonges médiatiques et policiers

Le 23 septembre, Midi Libre titre « Ivre, le supporter niçois se bagarre avec trois policiers et finit en garde à vue »(1) et affirme que le supporteur a « blessé trois policiers, dont deux légèrement. » Même tonalité chez 20 minutes et Nice-matin, ce-dernier journal ayant cependant reconnu s’être trompé.(2) Dans un communiqué publié hier par le groupe d’ultras « La Populaire Sud », le supporteur interpellé raconte sa version des faits :

« Je le reconnais j’avais une bouteille en plastique de 33cl à moitié remplie de pastis. Le stadier m’a dit de me mettre sur le côté pour la finir, ce que j’ai fait. A ce moment-là un fonctionnaire de la SIR [section d’intervention rapide, composée de policiers, ndlr] s’est approché, très menaçant, et m’a parlé méchamment pendant 5 minutes. J’ai donc fini par lui demander fermement d’arrêter… il m’a saisi par le cou comme pour m’étrangler et ramené contre le grillage, au milieu de ses collègues. J’ai essayé d’écarter son bras car j’avais mal et comme un éclair, une pluie de coups s’est abattue sur moi. Je n’ai rien compris…à aucun moment je n’ai été menaçant ou agressif ! Lorsque j’ai retrouvé mes esprits, j’étais au sol, la tête en sang et les mains menottées dans le dos. Les fonctionnaires ont mis un temps fou avant d’appeler les pompiers. On m’a ensuite emmené au Commissariat pour me placer en garde à vue. 3 fonctionnaires ont témoigné déposé plaintes contre moi dont un s’est fait prescrire une ITT de 8 jours.Après 38h de garde à vue j’ai été jugé en comparution immédiate et c’est à ce moment que les images de la vidéosurveillance ont été diffusées, et que, grâce à elles, car on voit clairement que je n’ai rien fait, j’ai été relaxé. Je remercie mon avocate qui a insisté pour les avoir car sans ça j’aurai été condamné gratuitement et certainement placé en détention. »

Sources :

(1) « Montpellier : ivre, le supporter niçois se bagarre avec trois policiers et finit en garde à vue », Midi Libre, 23 septembre 2018.
(2) « Le supporter de l’OGC Nice accusé d’avoir porté des coups à trois policiers a été relaxé », Nice-Matin, 26 septembre 2018.


MAJ 29/09/2018 : L’inspection générale de la police nationale (IGPN) enquêterait, sous l’autorité du procureur de la République de Montpellier, sur les violences exercées par le policier de la SIR contre le supporteur. Les enquêtes de l’IGPN, menées par des policiers, débouchent très rarement sur une condamnation de leurs collègues.


ARTICLE SUIVANT :

Le préfet de Montpellier a donné l’ordre d’expulser le squat « Le Château »