En direct de la fièvre jaune | Par zoB’

par Le Poing 23 novembre 2020

Episode 1

Un tireur d’élite : Chef j’ai touché un hippie en pleine tête mais il continue de chanter

Un sous-lieutenant ambitieux : Chopez-lui sa flûte Lambert chopez lui sa putain de flûte

Sur un plateau de déformation : Une flûte peut-elle être considérée comme une arme blanche, la parole est à René Balochard notre expert

René Balochard (musicologue rattaché au ministère de l’intérieur) : Cet individu encourt une peine pouvant aller jusqu’à l’écoute intégrale du best of de Didier Barbelivien

Maître Kevin Guevara : C’est dégueulasse, disproportionné, j’en appelle à la cour européenne des droits de l’homme

Un juge européen passant exceptionnellement par Strasbourg : J’ai pas la tête au taf mais j’ai une devinette, qu’est ce qui est jaune qu’on charge et qu’on descend ? Alors, alors, vous donnez votre langue à l’Europe ?

Un cuisinier du bureau des légendes : Chef on est toujours sur Julien Coupat il est entré dans un restaurant asiatique et vient de se saisir de deux baguettes

La cellule de crise du GéGéIGN : On le tient vous me l’arrêtez, c’est un triomphe qui s’annonce pour l’anti-terrorisme mes frères

L’ambassadeur chinois en France : Mais laissez-lui finir son Bo Bun bordel de Bouddah, votre dictature ne respecte rien

Un gilet plus trop jaune : Apéro Ricard à l’Elysée, qui a soif me suive

Le banquier de l’Elysée : Nous ne cèderons pas, quand ils rentrent vous leurs faîtes se laver les mains et vous leur servait un 51, ici c’est l’OM

Bernard bientôt Tapis : Filez-moi les clés de la maison et je vous ramène le plein emploi, je convertis les Le Pen au communisme, et j’instaure le soleil en hiver

L’hiver : Je suis en voie d’extinction

Le soleil : Je sens venir les jours sombres

Episode 2

Un homme en plein doute : Je crois que j’en ai assez de cogner sur les gilets jaune chef

Un chef sans aucun doute : Tu me termines ta clé de bras Lambert tu me flashball la place et on rentre à la maison, ça va passer

Un homme en plein doute : Chef hier soir j’ai lu un livre

Le livre en question : C’était particulier le gars tremblait il me caressait la couverture il me mangeait des yeux je sentais que c’était sa première fois puis il s’est jeté sur moi et m’a dévoré jusqu’au petit matin

Christophe Acastagné : Les hommes craquent

Un ostéopathe : Ecoutez nous on veut bien soigner les bleus mais va falloir baisser les charges sinon c’est gilet jaune direct

Le banquier du palais : Si on a les ostéopathes dans la rue on est fichu les copains

Un dos : Je dois vous avouer que j’en ai aussi plein le cul

La ministre de la santé : Y a t’il un vaccin contre la démocratie ?

Etienne Chouard : Ne bougez pas madame j’appelle Soral et Ruffin et je vous apporte une réponse via une vidéo sponsorisée

Un haut responsable chez Youtube : Cette époque est formidable, j’ai 32 ans et dans deux piges je me barre à la retraite

La Suisse : Avez vous pensé à venir vous finir chez nous ?

Un tennisman français : Rien de mieux que la Suisse pour préparer la Coupe Davis

Yannick Noah : J’ai envie de me remettre à la chanson

Un micro : Si Noah refait un disque c’est gilet jaune direct pour nous aussi

Le Ric : Il faut poser directement la question au peuple français : “Faut-il ouvrir les Zénith de France aux chanteurs suisso-camérounais ?”

Une vache : Je le rumine depuis bien longtemps mais je crois que l’homme est définitivement bien con

Benoît Poelvoorde : Et bonne année mon cul Messieurs-Dames !

Episode 3

Un statisticien : Le premier coup que je porte c’est pour me défendre car nous n’étions que cinq camarades face à ce forcené en jaune, le second est guidé par la peur, le troisième c’est parce que je sens que ce gauchiste de droite n’est pas loin de vaciller vu qu’il s’est présenté à nous avec une jambe dans le plâtre et qu’une de ses béquilles est à terre, je me dis que si j’en mets un quatrième je le mets hors d’état de me nuire, le cinquième c’est pour le plaisir, le sixième c’est pour célébrer le ko, le septième c’est pour épater les copains vous auriez vu leur tronche, le huitième c’est pour me féliciter d’être aussi balaise, le neuvième c’est pour sauver définitivement la république comme nous le répète souvent le chef et le dixième et dernier coup je ne peux pas vraiment vous l’expliquer monsieur le président

Le président du grand théâtre : Il s’agit ici d’un cas de légitime défonce, votre lucidité et votre franchise vous honore monsieur, en vertu de ces vénérables qualités il est hors de question de vous faire la moindre remontrance poil à la défense

L’avocat de la défense de celui qui a pas mal morflé : Vous êtes un bel amas de fils de pute poil à la culbute je vous jette ma robe à la gueule et je rejoints les rangs de l’insurrection poil à la tulasenspasvenirlarévolution

Un statisticien : Monsieur le président du grand théâtre puis je donner une leçon républicaine à cet ex avocat ?

Le président du grand théâtre : Faîtes-lui donc sa fête monseigneur mais dans la plus grande discrétion, et ce coup-ci pas de bavure : chaque coup claqué dans le buffet doit l’être pour sauvegarder l’état de droit

Paul Opssion (Porte-Parole du Rassemblement pour le Grand Commerce) : ça fait trois nuits que je cauchemarde et que je pisse au lit, j’ai plus une couette de propre, dès demain je refourgue les stockoptions et on se barre aux Maldives, fais les valises maman ou on va terminer la tête dans le seau

Un député visionnaire : ça fait des années que je le répète, le jour où ils se décideront enfin à nous dérouiller, à juste titre je dois le reconnaître, on a intérêt à avoir une bonne VO2max et les dernières Nike qui courent toutes seules

Un commercial chez Nike : Tiens c’est marrant on a enregistré une hausse de la production dans les maternelles thailandaises ces deux dernières semaines

Jean Vincent Bienplacé : Bon assez flippé les amis, je veux bien me taper les grandes négos avec le populo en échange de deux appartements de fonction, trois voitures avec chauffeur et grille-pain intégrés, une émission de tv hebdomadaire ou c’est moi qui parle et un salaire à vie à 20 patates le mois exonéré d’impôts, tope là ou tope là pas?

Amanda Lyre : J’aimerai qu’on se remette à faire l’amour, c’est pas bien compliqué quand même et ça ferait du bien à tout le monde

Anne Séclair : T’as déjà couché avec ton bourreau toi ?

Episode 4

Wendy Baubot Brulot : Maman pourquoi les gens chantent « Tout le monde déteste la saucisse » ?

Anne Charlotte Brulot : « Tout le monde déteste la police » ma chérie pas la saucisse, tu me diras c’est pareil on les préfère toutes les deux grillées

Patrice Baubot : Cessez Anne Cha notre fille n’a que huit ans !

Anne Charlotte Brulot : Allez vous faire foutre Patrice, vous n’êtes bon qu’à remplir votre fiche wikipedia

Patrice Baubot : Mesurez vos propos Anne Cha je vous rappelle que j’ai un projet de roman à quatre mains avec François Bégaudeau

Anne Charlotte Brulot : C’est bien les bobos, continuez à vous palucher sur vos écrits et restez bien planqués, ça vous évitera de manger de la lacrymo

Patrice Baubot : Toute révolution a besoin d’un contexte très chère

Le grand contexte : Je me tiens prêt en permanence mais personne ne me comprend, faudrait peut être que je revois ma com’a besoin d’un contexte très chère

Pascal Gestapraud : C’est moche à dire mais grâce aux gilets jaunes on pense à moi comme ministre de l’information

Jean-Marine le Stylo : Que diriez vous de passer les fêtes de noël avec nous mon p’tit pascal nous avons je pense un avenir en commun?

Moïse (maître nageur à Lourdes) : J’veux pas dire mais en ce moment la connerie marche sur l’eau et tout le monde file à la noyade

Charly Baubot Brulot : Moi et ma génération on reste oklm, toi-même tu sais frèr

Anne Charlotte Brulot : Nos mômes se gavent de rappeurs macroniens de lotissement, j’ai envie de gerber ma Suze

Un actionnaire de Spotify : C’est trop bon, tous les mois on se fait rincer un treizième mois ! T’as compris le coup ? La zizique c’est comme la politique tu caresses l’égo des gens et toi tu passes derrière et tu emplâtres

Jésus de Belvezet : Je propose un retour à l’amour sans tambour ni matraque, s’il vous plaît

Elisabeth Nostradamus : Selon mes prédictions il est un poil trop tard


ARTICLE AGORA SUIVANT :

Floutage : Un ministre pas net