Lancé à Montpellier, un appel pour les libertés malgré le COVID

par Le Poing 8 novembre 2020

Samedi 7 novembre en milieu d’après-midi, huit cent signatures s’étaient agrégées sous un appel émanant d’un collectif de citoyens montpelliérains réticents face aux restrictions des libertés dans le cadre du confinement. Certes modéré, cet appel consiste à demander que le Conseil constitutionnel se prononce pour vérifier la conformité de la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. Cette action lancée sur change.org revêt donc un caractère d’urgence, alors que cette prorogation est en pleine discussion devant le Parlement. mais il suffirait qu’un nombre assez restreint de parlementaires engagent la démarche, pour que cette saisine se fasse effective et suspende le processus.

 

Les initiateurs de cet appel gravitent pour certains dans la mouvance du comité départemental de la Ligue des Droits de l’Homme (l’avocate Sophie Mazas y étant très active), et on y compte aussi des commerçants, des restaurateurs, ou encore le médecin et écrivain Patrick Fornos, et une figure de la scène musicale noctambule Luca Ruiz.

 

En voici le texte : 

 

 

Demandons son avis au conseil constitutionnel.

La pandémie du covid19 est extrêmement sérieuse, nous en avons pleine conscience et nous devons tous nous responsabiliser et nous montrer à la hauteur de cette crise.

Pour autant, la mise sous couvre feu de 46 Millions de Français est elle proportionnée ? D’autres mesures ne sont elles pas possibles?

  • Aujourd’hui nous connaissons mieux le virus, nous savons mieux le traiter grâce aux progrès effectués par les médecins (utilisation de corticoïdes, d’anticoagulants, amélioration de la ventilation artificielle..) ce qui a engendré une baisse de la la létalité.
  • Depuis des années, le service public hospitalier a alerté les pouvoirs publics sur leurs manques de moyens . Ceux-ci n’ont pas été augmentés alors que le risque d’une seconde vague existait.
  • Le conseil scientifique a déclaré dans son rapport du 22 Septembre 2020 «  Actuellement en France, en dehors des clusters, il est impossible d’identifier les lieux d’infection des cas de covid19… »

Dans ce contexte, devons nous mettre de côté nos libertés publiques? la liberté de travailler et d’entreprendre pour nombre d’entre nous? le droit d’aller et venir ? notre vie sociale , notre vie culturelle, nos loisirs, notre art de vivre à la française? notre vie tout court?

Personne ne sait combien de temps nous allons devoir vivre avec cette épidémie de covid19. Pour préserver la santé des vulnérables, n’y a t il pas d’autres mesures possibles?

Le Conseil Constitutionnel a pour objet de garantir nos libertés fondamentales.

Une fois qu’une liberté publique se voit strictement encadrée, un retour en arrière est impossible. C’est bien simple, depuis les années 2000, aucune restriction imposée à une liberté publique n’a été levée.

Mesdames Messieurs les députés et sénateurs saisissez le Conseil Constitutionnel concernant la loi de prorogation de l’urgence sanitaire qui fonde l’ensemble des mesures restrictives.

 


ARTICLE AGORA SUIVANT :

Dard Man 1