Pour soutenir les personnes réprimées, l’association “Solidaritat 34” appelle à la solidarité

par Solidaritat 7 janvier 2021

 

   À Montpellier comme ailleurs, ceux qui sont précarisés ou défendent leurs droits et leur liberté subissent des violences d’État. Le couvre feu et le confinement, mesures de contrainte et de contrôle promulguées au nom de l’état d’urgence sanitaire, permettent de renforcer la répression: amendes, intimidations, brutalités policières, gardes à vue, comparutions à huis clos au tribunal, lourdes condamnations. Récemment les manifestations contre la loi « Sécurité globale » ont donné lieu à de nouvelles interpellations et comparutions. Et cette aggravation de l’arsenal répressif annonce de nouvelles attaques contre les droits et les protections sociales, ce que nos gouvernants appellent « réformes ». Par ailleurs la situation économique risque de rendre explosive la situation sociale dans un avenir proche.

   Dans la région, à Montpellier, Nîmes ou Narbonne, plusieurs gilets jaunes ont été gravement blessés par des tirs de LBD40 ou des grenades de désencerclement, ou purgent encore actuellement une peine de prison ferme suite à des condamnations pour l’exemple. La répression judiciaire s’exerce aussi à travers de lourdes amendes.

  C’est pourquoi, « L’Assemblée contre les violences d’État et pour les libertés » a décidé de relancer une cagnotte. Et c’est l’association « Solidaritat 34 » qui en a la charge.

   L’argent récolté par cette cagnotte sera reversé aux personnes réprimées à Montpellier et aux alentours, dans le cadre des mouvements sociaux ou de l’état d’urgence sanitaire. La règle de  « L’Assemblée contre les violences d’État et pour les libertés » est simple : pour obtenir une aide financière, il faut se manifester lors des réunions ouvertes du collectif, qui se tiennent quasiment tous les mardis à 19h30 ou 18h en période de couvre-feu au local associatif « Le Barricade ». Ce rendez-vous peut être exceptionnellement annulé à cause des mesures sanitaires. Pour avoir plus de précisions, vous pouvez envoyer un mail à solidaritate@protonmail.com ou sur Facebook à AG contre les violences d’état.

  D’où vient cette « Assemblée » ?

   En 2015, ce collectif s’appelait «L’ Assemblée générale de Montpellier contre l’état d’urgence » et, comme son nom l’indique, avait pour but de lutter contre la généralisation des mesures dites antiterroristes. En 2016, ce collectif est devenu la commission anti-répression de « l’Assemblée populaire de Montpellier contre la loi travail » (Nuit Debout). En 2017, suite à la transcription dans la loi commune des mesures de l’état d’urgence, ce collectif a été rebaptisé « L’Assemblée de Montpellier contre les violences d’État et pour les libertés » et pendant le mouvement des gilets jaunes a assuré une fonction de commission juridique, fournissant des conseils et proposant une liste d’avocats en cas de poursuites judiciaires tout en gérant la caisse de solidarité.

   Depuis plusieurs années maintenant le collectif organise donc la solidarité concrète, notamment financière, avec les personnes de la région de Montpellier, réprimées dans le cadre des mouvements sociaux, et lutte contre le développement d’un État de plus en plus autoritaire. La solidarité a concerné plusieurs personnes lors du mouvement contre la loi travail ou celui des gilets jaunes, notamment par des virements à des prisonniers pour leur permettre de cantiner. Des tracts ont aussi été imprimés et distribués pendant les manifestations des gilets jaunes pour diffuser les droits des personnes gardées à vue et ont été organisés plusieurs rassemblements devant la prison de Villeneuve-lès-Maguelone: des casserolades le 31 décembre et chaque premier dimanche du mois, en soutien aux prisonniers, dont les gilets jaunes incarcérés.

  Récemment l’association « Solidaritat 34» a été créée en lien avec « l’Assemblée de Montpellier contre les violences d’Etat » et c’est cette jeune association au nom bien languedocien qui a pour mission de gérer la cagnotte en ligne. « L’Assemblée » et « Solidaritat 34 » lancent donc un appel à la solidarité pour poursuivre leur action.

   Car de petites sommes rassemblées font la force de la solidarité et la solidarité permet de soutenir les luttes, ne l’oublions pas.

Vos dons peuvent être envoyés, en toute sécurité, en suivant le lien ci-dessous:

Rejoignez la cagnotte ‘appel au soutien’ (colleo.fr)


ARTICLE AGORA SUIVANT :

Pour soutenir financièrement les AED grévistes dans l'Hérault | Communiqué du collectif Vie'S Colères 34