Politique
marche pour le climat 29 février 2020

Deux marches pour le climat à Montpellier le 14 mars : Choisis ton camp !

par Le Poing

Le 14 mars prochain, jour de manifestation nationale pour le climat, deux marches se tiendront à Montpellier : une portée par le collectif « Citoyen•ne•s pour le Climat » (qui chapeaute les marches depuis 2018 à Montpellier) et quelques autres associations, et une autre par un collectif rassemblant associations, activistes, syndicats et militant•e•s politiques. Un différend profond est à l’origine de cette scission, que le Poing va tâcher d’expliquer.

Des citoyen•ne•s pas si apartisan•e•s

Depuis la démission de Nicolas Hulot du gouvernement, le mouvement climat a pris son essor en France en organisant une série de marches séparées entre elles à chaque fois de quelques mois. Militant•e•s écologistes historiques ou récemment apparu•e•s sur la scène, associations, partis politiques, gilets jaunes… Les rangs de ces manifestations se sont peu à peu garnis à mesure que le sujet de l’écologie devenait de plus en plus hégémonique dans la société, porté à l’international par des figures comme Greta Thunberg et en France grâce aux efforts, notamment, des activistes de ANV COP21, Extinction Rebellion (XR) ou Youth For Climate (YFC). Bientôt, l’écologie s’est mise à déborder du cadre un peu sage des manifs et des élections, pour prendre de multiples facettes (lobbying citoyen, blocages économiques, invasion et dégradation de BlackRock, etc.). Les marches, elles, après avoir attiré de plus en plus de monde durant quelques mois, se sont mises à refluer (du moins à Montpellier).

Un collectif s’est imposé dès le départ à l’organisation de ces marches : Citoyen•ne•s pour le Climat (CPLC). Présenté comme un groupe apartisan, qui vise à alerter les décideurs•euses sur l’urgence climatique, ce collectif s’est rapidement révélé être tenu, parfois à l’insu même des associations rassemblées sous son label, par Stéphane Herb, le bras droit de Jean-Louis Roumégas – un des candidats à la primaire de EELV pour les municipales, qui a maintenu sa candidature après sa défaite. L’engagement de moins en moins discret de Stéphane Herb pour Roumégas et la mainmise qu’il avait sur les marches ont poussé de nombreuses associations à se retirer de l’organisation de ces dernières, laissant toute latitude à CPLC et ses alliés (dont certains n’étaient apparemment pas au courant de ce qui se tramait dans l’arrière-boutique) pour les diriger à leur manière. C’est-à-dire qu’il s’agissait principalement de les rendre inoffensives (en évitant toujours soigneusement le centre-ville de Montpellier) et de tout faire pour empêcher la convergence avec les Gilets jaunes et le mouvement social en général, afin de les transformer en pures opérations de communication. Les marches sont devenues la vitrine d’une aventure personnelle et se sont peu à peu vidées, de leur substance et de leurs effectifs.

Plusieurs parties prenantes du mouvement climat montpelliérain témoignent des pratiques autoritaires de CPLC et surtout de Stéphane Herb – qui s’est récemment mis officiellement en retrait du collectif, ce qui ne l’empêche pas d’intervenir régulièrement dans la presse à propos de la future marche. CPLC a par exemple co-signé des appels au nom d’autres organisations, sans même leur demander leur avis. Ce collectif s’est également illustré en mettant systématiquement sa banderole en tête des cortèges, sans partage avec les co-organisateurs•trices. Dès son apparition sur la scène, en 2018, ses pratiques ont semé le trouble : Alternatiba, qui organise depuis plusieurs années un village des alternatives en septembre, s’est vu couper l’herbe sous le pied par CPLC, inconnu jusqu’alors, qui a décidé d’organiser son propre village des alternatives à la même date, sans concertation préalable.

« Changeons le système, pas le climat »

A Montpellier, durant le courant de l’année 2019, marquée par une forte conflictualité sociale avant tout incarnée par la persistance opiniâtre des Gilets jaunes, qui bravent, samedi après samedi, les coups, les mutilations et les arrestations pour maintenir allumée l’étincelle de leur lutte contre le gouvernement antisocial et écocide de Macron, les associations et activistes écologistes réellement engagés dans la lutte – ANV, XR, YFC, Arrêt du Nucléaire 34, I-Boycott, Alternatiba et bien d’autres–, se sont progressivement rapprochés et fédérés sur des actions communes (Le Pacte de Milan ou le Block Friday par exemple). Engagé•e•s pour beaucoup, qui dans un collectif écolo, qui dans les gilets jaunes, qui dans un syndicat, qui dans un parti, qui parfois tout à la fois, ces activistes et militant•e•s ont progressivement politisé leur combat, c’est-à-dire qu’ils et elles ont commencé à produire un discours global qui fait de la catastrophe environnementale le résultat d’un processus humain, d’un système que beaucoup ont de moins en moins de pudeur à nommer le capitalisme.

« Fin du mois, fin du monde : même combat ». Très vite, ce slogan s’est imposé comme celui qui permettrait de connecter l’urgence sociale exprimée par les classes populaires à l’urgence climatique, jusqu’alors surtout portée par des classes plus aisées. Alors que la plupart des orgas citées se retrouvaient déjà dans les gilets jaunes et encore plus dans le mouvement contre la réforme des retraites (à l’inverse de CPLC, qui se tient toujours à distance de la lutte sociale), il était devenu évident aux yeux de tou•te•s que la marche pour le climat devait avoir pour fonction de fédérer ces combats, en incarnant dans l’espace cette jonction entre des classes aux conditions sociales diverses mais unies par un intérêt commun (préserver le seul écosystème qui permette la vie sur terre), et un souci : celui de la justice.

Les carriéristes contre le reste du monde

L’idée s’est alors imposée de retourner dans l’organisation des marches pour le climat et d’y porter ce message. Dans ces milieux, où la bienveillance et la non-violence sont érigées en valeurs cardinales, règne une certaine aversion pour la confrontation personnelle. Si nombre de ces militant•e•s étaient critiques vis-à-vis des pratiques et des manipulations de CPLC, il n’était pas question pour autant de les exclure des débats et de transformer la future marche en querelle de pouvoir, mais bien de leur faire entendre une autre vision de la lutte écologiste, portée par un nombre significatif d’organisations qui ont toutes acquis leur légitimité sur le terrain. Ainsi, fut proposée une réunion avec tou•te•s les acteurs•trices montpelliérain•e•s du mouvement climat, CPLC inclus, pour que le débat ait lieu.

CPLC, furieux de se voir disputer un pouvoir qu’aucun processus démocratique ne lui avait jamais réellement confié, a organisé dans l’urgence, deux jours avant la date prévue, une autre réunion, pour reprendre la main sur la marche. Le débat s’y est tout de même tenu, et il fut convenu de se revoir la semaine suivante pour trancher un certain nombre de questions – dont le trajet et l’implication, ou non, des syndicats et des partis politiques. C’est dans un esprit constructif et ouvert que sont venu•e•s la plupart des participant•e•s à cette nouvelle réunion. Mais CPLC a jeté un pavé dans la mare en faisant une déclaration préalable consistant à dire que la marche du 14 était, au fond, sa chasse gardée, et que la manifestation voulue par les autres n’avait qu’à se tenir un autre jour. Et sans attendre de réponse ni permettre le débat, CPLC s’en est allé, laissant les autres participant•e•s pantois•e•s, mais d’autant plus déterminé•e•s.

Déjà, par voie de presse, Stéphane Herb s’était inquiété d’une tentative de récupération de la marche par « l’extrême gauche », avant même de parler, dans un autre communiqué, de « hold-up sur le climat ». A ses yeux, la présence de militant•e•s anarchistes ou du NPA et de syndicalistes tuerait le côté apartisan de la marche, quand bien même les anarchistes ne se présentent pas aux élections, que le NPA est un parti révolutionnaire qui se présente aux élections pour la vitrine qu’elles offrent à ses idées et que les syndicats ont tendu depuis très longtemps un cordon sanitaire entre eux et le monde politique, avec la Charte d’Amiens (1906). Surtout, si toutes ces organisations affirment leur soutien à l’initiative, il n’a jamais été question, ni pour elles ni pour les autres collectifs, que qui que ce soit impose sa lecture de la société aux autres et à la marche.

Dans l’univers de la « non-violence », on a coutume de dire que le but fondamental de cette stratégie pacifiste est de permettre l’élargissement d’un mouvement, de le massifier. C’est une des préoccupations majeures des activistes et des militant•e•s écologistes. Or, quand le monde du travail (les syndicats) et des citoyen•ne•s engagé•e•s dans une forme de combat global (via un parti), entendent se saisir de la question climatique, certain•e•s voudraient les en exclure, rompant de fait avec la stratégie affirmée de la massification et dévoilant leur véritable ambition : faire de la com’, du spectacle, pour doper une carrière soudainement mise en danger par un discours politique concurrent.

Car c’est là que le bât blesse vraiment : le fameux Stéphane Herb (qui n’aime pas le débat et bloque promptement ses contradicteurs•trices sur les réseaux sociaux) est directeur de campagne de Jean-Louis Roumégas et numéro 3 sur sa liste pour les municipales : drôle de manière d’être apartisan !

Politiser la marche

Politiser l’écologie est une nécessité historique absolue, à l’heure où cette dernière semble de plus en plus s’imposer comme le refuge d’une bourgeoisie en manque de récit fédérateur pour poursuivre son règne dévastateur, et où le risque est grand de voir se perpétuer un capitalisme habilement verdi, qui maintiendrait intactes les dominations et les destructions que chacun•e peut constater chaque jour – phénomène illustré localement par les accents soudainement écolos de Saurel, Vignal, Altrad… Les gilets jaunes n’ont eu de cesse de bousculer le champ politique, en réaffirmant régulièrement leur volonté de se représenter eux et elles-mêmes et de ne pas instituer de chef•fe•s en leur sein. Il est tout à fait légitime que le mouvement climat, à son tour, dans ses nuances associatives, activistes et partisanes, se giletjaunise et fasse place à l’auto-organisation populaire et à l’action directe.

Ainsi, le 14 mars, veille du premier tour des municipales, deux marches se tiendront. Celle de CPLC, qui se prétend toujours « apartisane » sur Facebook (gageons donc que l’on n’y croisera ni Stéphane Herb, ni Jean-Louis Roumégas !), et est co-organisée par une dizaine d’associations. Et l’autre, qui rassemble une trentaine de collectifs et associations principalement écologistes (mais aussi BDS, Attac, des syndicats, des squats comme Luttopia 003, le supermarché coopératif de la Cagette et des lieux militants comme la Carmagnole) ainsi que des gilets jaunes. Celle-ci assume de partir de la place de la Comédie et d’y revenir pour y tenir des agoras, quand les marches ancienne mouture avaient pour coutume de quitter le centre-ville pour aller s’isoler loin du peuple afin de prêcher la bonne parole à des oreilles déjà convaincu•e•s. Elle sera parsemée d’actions le long de son parcours, qui passera notamment par le quartier populaire de Figuerolles. Elle mettra à sa tête des exilé•e•s, pour rappeler que le réchauffement climatique va causer d’innombrables migrations forcées. Et elle s’achèvera donc en plein cœur de Montpellier par toute une série d’agoras, pour faire entendre son message à la population montpelliéraine.

Comme il n’y a que deux côtés à une barricade, il faudra bien choisir son camp. Mais Le Poing fera en sorte de couvrir les deux événements, afin de continuer à nourrir ce riche et stimulant débat entre deux visions de l’écologie.


ARTICLE SUIVANT :

Karnaval des Gueux 2020 : la fête dans la nasse