Social
En Bref 9 décembre 2019

Les étudiants, lycéens, cheminots, postiers et gilets jaunes font monter la tension d’un cran à Montpellier

par Le Poing
Blocage du dépôt pétrolier de Frontignan, dans la nuit du 8 au 9 décembre 2019
À la veille d’une grande journée de grève et de manifestation intersyndicale, interprofessionnelle et inter-contestataires pour le retrait du projet de la loi sur les retraites, les Montpelliérains et les Montpelliéraines font monter la mayonnaise.

À l’initiative de la CGT Cheminots 34, environ 150 personnes, dont de nombreux gilets jaunes et quelques pompiers, ont bloqué le dépôt pétrolier de Frontignan dans la nuit du 8 au 9 décembre, provoquant un embouteillage de camions-citernes.

À l’aube, les postiers de Rondelet ont participé à une assemblée générale avant de tenir un piquet de grève.


Les postiers ont ensuite convergé avec des cheminots, qui tenaient eux aussi un piquet de grève aux abords de locaux de la SNCF.

Pendant ce temps, les lycéens de Jules Guesde bloquaient leur établissement.

À la faculté Paul Valéry, c’est le bâtiment administratif qui a été bloqué par une quinzaine de personnes.

Les gilets jaunes ont aussi prévu une action de blocage ce soir au rond-point du Macadam, à Saint-Jean-de-Védas. Bref, comme le reste du pays, Montpellier est en ébullition. Les esprits s’échauffent avant la grande manifestation, mardi à 10h30 place Zeus.


ARTICLE SUIVANT :

Montpellier : blocages du lycée Jules Guesde et du bâtiment administratif de la faculté Paul Valéry