Social
En Bref 1 janvier 2021

Montpellier fête la victoire argentine sur le droit à l’avortement

Ce mercredi 30 décembre au matin, le Sénat argentin a définitivement adopté la légalisation de l’avortement sûr et gratuit. Toute personne gestante (ce qui inclut dans la loi les personnes trans), pourra avoir accès à l’avortement jusqu’à la 14ème semaine de gestation et dans un délai garanti de dix jours à compter de la demande d’IVG. Les médecins auront toutefois un droit d’objection mais se devront d’orienter les personnes vers un autre établissement ou médecin. En France, ce droit d’objection (appelé « clause de conscience ») existe également et rend l’accès effectif à l’IVG des plus compliqué.

Quelques heures après l’annonce de ce vote historique de l’autre côté de l’Atlantique, les Sudakas – groupe latino-américain féministe inter-sectionnel – se sont toutefois réunies avec leurs foulards verts au pied de l’Arc de Triomphe de Montpellier pour chanter, danser et célébrer ce moment tant attendu depuis si longtemps.

« Cela faisait plus de trente ans que c’était débattu et 17 ans qu’on essayait de faire passer la loi » confie une militante. Interrogée pour l’occasion sur l’état des luttes féministes à travers le monde, les Sudakas sont unanimes : si en Amérique Latine le mouvement féministe est de cette ampleur c’est parce que la question de l’avortement est une question d’urgence. Rappelons qu’en Amérique Latine, l’Argentine vient rejoindre une liste bien trop courte de pays autorisant l’IVG. Seuls Cuba, la Guyane, l’Uruguay et les états de Mexico et Oaxaca au Mexique l’autorisent, rendant donc l’accès à l’IVG restreint pour 97% des femmes.

N’en reste pas moins que le mouvement féministe latino-américain nous offre là une leçon de lutte magistrale : quand ce sont nos corps qui souffrent, ce sont nos corps qui entrent en lutte et déclenchent des marées capables de faire infléchir des systèmes patriarcaux putréfiés jusqu’à la vague finale de joie militante.

Au Poing, on ne boudera pas notre plaisir de démarrer cette nouvelle année avec cette victoire arrachée à l’année écoulée, et, à l’image des Sudakas réunis ce 30 décembre foulard vert au poing et combativité au front, nous vous souhaitons une année 2021 résolument féministe, décoloniale et anti-capitaliste.


ARTICLE SUIVANT :

Les troublantes conditions d’installation des antennes 5G sur Montpellier