PoliceJustice
Reportage 19 septembre 2023

Montpellier : une coalition contre les violences d’État appelle à une manifestation le 23 septembre

Ce samedi 23 Septembre 2023, se tiendra à Montpellier une marche contre le racisme, pour la justice sociale et contre les violences policières, le rendez-vous est fixé à 14 heures à Plan Cabanes

Avec pour point de départ le meurtre de Nahel le 27 Juin dernier et les émeutes qui ont suivi, cette union, constituée d’associations/collectifs (Libre pensée, MRAP) de syndicats (CGT/FSU) et de partis politiques de gauche, (EELV/ LFI /PG /POI /NPA) affiche une volonté de faire front face à la politique néo libérale et autoritaire du gouvernement Macron. Des « violences d’État » dénoncées à plusieurs reprises lors de la conférence de presse qui s’est tenue ce lundi 18 septembre à Montpellier, en présence d’un parterre nourri de journalistes, composé du Poing et d’un confrère de la Marseillaise (de quoi se poser de sérieuses questions sur l’intérêt des autres médias montpelliérains sur les questions sociales).

Depuis l’embrasement des banlieues de Juin dernier, Nathalie Oziol, (députée la FI-NUPES de la 2e circonscription de l’Hérault) présente lors de la conférence, dénonce l’immobilisme du gouvernement : « Absolument rien n’a été proposé pour répondre à la colère exprimée dans le pays », notamment en ce qui concerne la nécessité d’une réforme profonde de la police nationale. « La criminalisation » des actions mené par les syndicats, associations et collectifs est également pointée du doigt. Ces derniers mois, particulièrement durant la période de mobilisation contre la réforme des retraites le gouvernement n’a cessé d’entraver le droit de grève : « interdiction de manifester, réquisition de personnel gréviste, fichage de syndicalistes, violences policières. »

La mise en branle de l’appareil d’état répressif à eu raison des multiples mobilisations massives et laissé des traces au sein des forces mobilisatrices, inquiètes des dérives autoritaires. On notera ici aussi l’acharnement du gouvernement à faire basculer le militantisme écologique du coté de l’illégalité, avec pour exemple emblématique la dissolution des « Soulèvements de la terre » suspendu depuis par une décision du conseil d’État, mais pour combien de temps encore.

Faire front

Avec près de 15 % de la population française (soit environ 9 millions de personnes, chiffre de l’INSEE) vivant sous le seuil de pauvreté, c’est à dire vivant avec environ 1100 euros par mois pour une personne seule, l’union dénonce une paupérisation galopante. Prenant de plein fouet l’inflation en cette rentrée, des associations tirent la sonnette d’alarme, avec en tête les restos du cœur qui ont marqué ce début de mois de Septembre par leur appel à l’aide en lançant une campagne de dons inédite. Répondant une nouvelle fois à coté de la plaque, le gouvernement impose une mesure hors sol et discriminante annoncée par le ministre de l’éducation Gabriel Attal : l’interdiction de l’abaya à l’école. Un signe de plus venant de l’exécutif, prouvant une nouvelle fois que leur politique vise d’abord à jouer sur le terrain de l’extrême droite au détriment d’une population aux abois. Un jeu politique dangereux que dénonce les membres organisateurs de la marche.


C’est donc unie sous un même tract que l’union présente les principales revendications de la marche : «  l’abrogation de la loi 2017 sur l’assouplissement des règles en matière d’usage des armes à feu par les forces de l’ordre. Une réforme en profondeur de la police, de ses techniques d’intervention et de son armement. Le remplacement de l’IGPN par un organisme indépendant de la hiérarchie policière et du pouvoir politique. La création d’un service dédié aux discriminations touchant la jeunesse au sein de l’autorité administrative présidée par le Défenseur des droits et le renforcement des moyens de lutte contre le racisme, y compris dans la police. Et enfin un plan d’investissement public ambitieux dans les quartiers populaire et sur l’ensemble du territoire pour rétablir les services publics, le financement des associations et des centres sociaux. » Des revendications claires sur la police, mais qui semblent plus floues sur le volet des inégalités sociales.

« Ne plus être dans la réaction, mais dans l’action »

Cette nouvelle union « née » du crime policier du 27 Juin, vise également à réinvestir le terrain des quartiers populaires en construisant des « solidarité concrètes » : regagner la confiance des populations par l’écoute et surtout la réappropriation par cette base de ses combats contre la précarité, les discriminations, et l’isolement des quartiers. « Il ne faut plus parler à la place des quartiers populaires, il faut que l’on se réunisse plus régulièrement, que l’on ne soit plus dans la réaction mais dans l’action » avance Myriam Rivoire secrétaire générale CGT. « Il faut s’appuyer sur les collectifs justice et vérité qui existent sur les crimes policiers, en les faisant intervenir, en les soutenant financièrement, en leur donnant une tribune, en leur donnant la place » précise un membre du NPA. Cet assemblage d’organismes associatifs, politiques et syndicaux s’unit aujourd’hui dans l’idée d’être le rouage complet d’un porte voix débouchant sur des solutions politiques concrètes.

Un long travail de fond s’est donc mis en place, mais cela suffira-t-il à contrer un gouvernement qui veut aller toujours plus vite en outre passant les institutions parlementaire, torpillant l’assemblée nationale à coup de 49,3 ? Si l’on sent de la détermination et une volonté d’unité de la part de cette union de collectif, de syndicat et de partis politique, une fébrilité se fait sentir lors que l’on aborde la question de la mobilisation réelle dans la rue : l’appel à un rendez vous massif ce samedi sera-t-il entendu ?

Abolir la police ?

Si le fait que différents partis politiques de gauche et organisations du mouvements social se mobilisent contre les violences policières est évidemment une bonne chose, il importe d’apporter d’importantes nuances à cet appel.


Tout d’abord, celui-ci est hors sol. En juillet alors que les émeutiers des quartiers se faisaient massacrer par la police et qu’une vague raciste sans précédent appuyait la répression, la gauche s’est faite bien discrète dans la rue. Hormis quelques manifestations spontanées (couvertes par Le Poing), partis politiques syndicats et mouvements sociaux se gardaient bien d’appuyer les émeutiers. Seule une timide journée dix jours après la fin des émeutes réunissait des effectifs faméliques… De plus, cette mobilisation qui entend parler au nom des quartiers -malgré des bonnes volontés de “faire avec” – ne compte que très peu d’habitants des quartiers populaires de Montpellier, ce qui peut interroger sur l’adéquation entre les revendication de la gauche unie et les revendications des quartiers, mais difficile de le savoir quelles sont les revendications des quartiers, vu qu’ils ne sont pas représentés !


C’est aussi les revendications qui semblent particulièrement discutables. La demande de la création d’un IGPN « indépendant » interroge : qu’est-ce qui l’empêcherait de défendre la police dans ses violences si c’est le gouvernement qui le met en place ? De même l’extension du Défenseur des droits pour créer un organisme dédié aux jeunes relève du gadget : le Défenseur des droits n’a aucun pouvoir et l’État se torche régulièrement le derrière avec ses avis. Enfin, l’augmentation des crédits de la Politique de la ville ne changerait pas le fait qu’il y ait des quartiers ghettos. Ceux-ci auraient juste un peu plus de crédits, mais pour paraphraser IAM : « C’est toujours la même merde derrière la dernière couche de peinture. »

Il ne faut pas enrichir la politique de la ville mais abolir les quartier ghettos où son ségrégués les immigrés. De même l’appel à une réforme profonde de la police révèle les illusions que se font les auteurs du texte vis-à-vis de l’État : ce n’est pas parce que la police fait mal son travail qu’elle tue des jeunes prolétaires des quartiers et mutile des manifestants, c’est l’inverse. C’est parce qu’elle joue son rôle de défenseur de l’ordre social capitaliste que la police tue et mutile… Au-delà de la question de la réforme de la police, c’est celle de son abolition, qu’il faudrait poser dans le débat public, comme le développe la chercheuse Gwenola Ricordeau dans son livre “1312 raisons d’abolir la police”. Espérons donc que cette manifestation devienne un espace où puissent se poser ces très importantes questions !

Rendez-vous est donné ce samedi 23 Septembre à Plan Cabanes à Montpellier pour un départ à 14 heures. Le cortège passera ensuite par la gare Saint Roch, la place de la Comédie, et finira par des prises de parole devant la préfecture.

M. L. C et M. G.

Nos articles sont gratuits car nous pensons que la presse indépendante doit être accessible à toutes et tous. Pourtant, produire une information engagée et de qualité nécessite du temps et de l’argent, surtout quand on refuse d’être aux ordres de Bolloré et de ses amis… Pourvu que ça dure ! Ça tombe bien, ça ne tient qu’à vous :


ARTICLE SUIVANT :

Au CHU de Montpellier, les agents d'entretien d'Onet sont en grève illimitée