Social
En Bref 11 novembre 2019

A Montpellier, 200 antifascistes face à 50 militants d’extrême-droite protégés par la police

par Le Poing

Environ 200 personnes se sont réunies sur la place de la préfecture ce lundi 11 novembre suite à un appel lancé par une assemblée contre les violences de l’extrême droite, qui s’est réunie au Barricade le 3 novembre dernier. De l’autre côté de la préfecture, place du marché aux fleurs, une cinquantaine de militants d’extrême-droite de toute la France se sont rassemblés contre l’insécurité, les atteintes aux biens, les émeutes, les pillages, ou bien encore les incivilités. Un meeting organisé par la Ligue du Midi, un groupuscule violent ouvertement raciste et homophobe, accompagné d’autres groupes, dont les royalistes de l’Action française.

Les policiers, très nombreux, ont séparé les deux rassemblements tout l’après-midi, avant de faire reculer progressivement les militants antifascistes, qui sont restés groupés et n’ont cessé de clamer « Milice fasciste, police complice ». De fait, la brigade anticriminalité s’est mêlé au service d’ordre de la Ligue du Midi pour s’échanger bises et poignées de main.

Le rassemblement s’est dispersé vers 17h30.

La mobilisation antifasciste, lancée rapidement, a rassemblé quatre fois plus de monde que le meeting d’extrême-droite, préparé depuis longue date avec l’appui de militants de toute la France. Bref, Montpellier est et restera antifasciste.


ARTICLE SUIVANT :

Après l’immolation d’un étudiant à Lyon, appel à se rassembler ce 12 novembre devant le CROUS de Montpellier