Social
Reportage 10 avril 2022

A Montpellier, une marche pour le futur tout en vert

Environ un millier de personnes ont participé à la Marche pour le Climat de Montpellier ce samedi 9 avril, entre la Comédie et le parc Montcalm, où était organisé un village des alternatives et des luttes.

Le nouveau rapport alarmant du GIEC, qui annonce l’impossibilité d’atteindre l’objectif d’une limitation du réchauffement climatique au seuil de 1,5 degrés Celsius si le plafond des émissions de gaz à effet de serre n’est pas atteint d’ici à 2025, n’aura pas provoqué de mobilisation massive ce samedi 9 avril.

Après les marches “Look up” du 12 mars,  dont l’édition montpelliéraine avait été annulée pour cause d’épisode cévenol, les 325 organisations écologistes, féministes, antiracistes et antiprécarité à l’initiative des marches pour le futur de ce samedi 9 avril revendiquent près de 60 000 manifestants en France. Sur Montpellier, ils étaient environ mille à manifester.

C’est que la marche était censée rassembler bien au-delà des militants écologistes, sur tous les thèmes jugés oubliés de la campagne électorale : climat donc, mais aussi féminisme, précarité, violences policières etc… Pourtant dans les rues de Montpellier on pourrait facilement se croire dans une marche classique pour le climat,  et peut-être pas des plus mobilisatrices. Seules les thématiques écologistes ont amenés les participants à battre le pavé en cette veille de premier tour des présidentielles. Très peu de présence féministe visible, alors que le collectif Nous Toutes appelait nationalement à manifester, aucune asso de lutte contre la précarité… Exception notable : le collectif “Une école un avenir”, formé pendant les précédentes luttes locales pour plus de moyens dans les écoles et collèges et regroupant maintenant une quarantaine d’écoles de la ville, profs, parents, ou personnels confondus, se montre très visible avec une grande banderole.

Le bon millier de manifestants présents démarre donc de la place de la Comédie, pour descendre la rue Maguelone jusqu’à la gare Saint-Roch, avant de se diriger vers le parc Montcalm via l’avenue Clémenceau et l’avenue de Toulouse. L’ambiance est à la fête : die-in, batucadas et danses ponctueront le défilé. Beaucoup de références au premier tour des présidentielles sur les pancartes, incitant à prendre en compte l’urgence climatique dans l’isoloir.

Au parc Montcalm, plusieurs stands sont installés pour un village des alternatives, avec boissons, nourriture, présentation de différents médias et associations de sensibilité écolo. Les luttes écologistes locales, en plus de leur stand, s’offrent une tribune à l’arrivée du cortège. Se succèdent au micro des opposants à différents projets écocides à ou tout près de Montpellier : le LIEN, contournement routier au nord de Montpellier, l’extension de l’aéroport Montpellier Méditerrannée, la construction d’une tour dans le parc Montcalm, pourtant censé servie de poumon vert à une ville peu fournie en espaces verts, ainsi que différents projets de contournements routiers et autoroutiers.

Gageons que la journée puisse servir de tremplin à ces différentes luttes locales.   


ARTICLE SUIVANT :

Montpellier : nouveau samedi de mobilisation contre l'obligation vaccinale à la veille des élections