Communiqué de la coordination contre la loi séparatisme

25 juillet 2021

Dans le bruit et la révolte de milliers de français contre le Pass Sanitaire on a eu du mal à savoir, grâce au silence des médias, que la loi ” confortant les principes républicains” a été voté le 23 Juillet à l’Assemblée Nationale. C’est pour cela que le Poing diffuse le communiqué de la Coordination contre la Loi Séparatisme.

Communiqué de la Coordination contre la Loi Séparatisme. Paris, le 23 juillet 2021

Avec le sens des responsabilités qui la guide depuis sa création, la Coordination contre la loi Séparatisme (CCLS) condamne résolument le vote définitif de la dite loi « confortant les principes républicains ». Cette aseptisation du nom ne saurait en rien masquer son caractère islamophobe, dérogatoire et liberticide. Elle constitue en effet une dangereuse étape de la mise au pas des musulmans dans leurs expressions religieuses, sociales, culturelles et politiques, tout en leur réduisant l’accès à bon nombre de droits. Pour cela, cette loi renforce l’autoritarisme de l’État qui pourra utiliser légalement l’ensemble de ses moyens administratifs, policiers et judiciaires contre toute forme d’organisation autonome du culte et d’association des musulmans. Et elle créée de facto un groupe soumis à un véritable régime d’exception reposant sur la suspicion, le contrôle, l’intimidation et la répression.

Avec ses soutiens dans le pays et dans le monde, la CCLS s’engage poursuivre la lutte contre la législation islamophobe. D’une part, nous nous tiendrons aux côtés des futures victimes de cette loi arbitraire et de ses interprétations attendues qui le seront tout autant.  D’autre part, nous  exigerons  l’abrogation  de la  loi « Séparatisme », et avec elle, celle des autres lois islamophobes qui ne peuvent se penser indépendamment : depuis celle contre les signes religieux à l’école à celle contre la « dissimulation du visage » dans l’espace public, en passant par les lois sécuritaires et « antiterroristes ».

La CCLS appelle à une prise de conscience généralisée des enjeux historiques relatifs à l’islamophobie de l’État car il n’est pas envisageable de se considérer dans un pays de droits et de libertés quand une partie de la population en est privée. Et cela, alors que la campagne présidentielle à venir promet des surenchères racistes mortifères. Sans oublier que l’islamophobie constitue une des bases idéologiques de politiques de discriminations, de massacres et de guerres un peu partout dans le monde. Face à tous ces enjeux et fidèle à ses engagements, la CCLS poursuivra son combat au service de la liberté et de la dignité, et avec tous ceux qui considère ce combat primordial.

@Coordination CCLS


ARTICLE AGORA SUIVANT :

Pass sanitaire et guerre de classe – Tribune du collectif "Autodéfense & révolution" de Montpellier