Social
En Bref 13 novembre 2021

“Combien de doses nous faudra t il ?” Sur l’air d’une chanson

Comme tous les samedis depuis Juillet le mouvement anti pass s’est retrouvé devant le théâtre ce samedi à 14H au milieu des stands de la quinzaine des solidarités. Avec des notes d’originalité, quant au parcours, quant à la forme de la manifestation si le nombre ne cesse de décroître l’énergie est toujours présente.

Ce samedi la Place de la comédie offre de quoi faire son marché de revendications et d’informations avec une absence quasi nulle des forces de police. Plusieurs stands et une estrade occupent le devant du théâtre dans le cadre de la quinzaine des solidarités, plus tard quand le cortège remontera à la Préfecture il croisera rue de la Loge les militants de “Changeons le système pas le climat” venus dénoncer l’inefficacité de la COP 26. Donc comme chaque samedi le cortège anti-pass grossira assez rapidement pour compter un peu plus de 500 personnes qui feront un drôle de parcours ; d’abord vers le polygone puis demi-tour vers le kiosque Bosc où une mise en scène réalisée par le mouvement des rubans blancs dénoncera en mime l’obligation vaccinale.

Les paroles d’une chanson sur l’air de Bella Ciao seront distribuées et reprises en chœur par l’assemblée.


On peut se demander à la lecture des paroles«  quelle vérité » serait à découvrir dans cette pandémie…..

Puis le cortège retournera vers la Comédie pour emprunter la rue de la Loge et faire une chaîne humaine autour de la Préfecture, en ayant perdu du monde de façon significative.

La question qui reste ouverte c’est quand même de constater qu’après les déclarations de Macron qui lient le pass sanitaire à la troisième dose pour les plus de 65 ans puis pour les plus de 50 ans puis…..on attend la suite avec également le report du pass sanitaire jusqu’à l’été et bien le mouvement ne rebondit pas, ne s’élargit pas. Que faut il en conclure , pourquoi ce mouvement ne trouve pas les résonances nécessaires à son élargissement et où pourrait il les trouver ?


ARTICLE SUIVANT :

Encore une COP pour rien ?