Social
Reportage 13 novembre 2021

Encore une COP pour rien ?

Les militants du Climat ont manifesté à chaud, samedi, leurs déception et colère, sur le bilan de la conférence internationale qui vient de s’achever à Glasgow

L’important était de marquer le coup sans attendre. Dès samedi, des militants du collectif “Changeons le système, pas le climat” se sont manifestés en centre ville de Montpellier. Ils se sont postés à l’intersection de la rue de la Loge et de la rue Jean Moulin, surpeuplées en milieu d’après-midi, sans compter le passage du cortège anti-pass. Là, les activistes du climat ont procédé à plusieurs die-in successifs, toujours fort spectaculaires, accompagnés de chants de la grande tradition populaire, aux paroles détournées en fonction de l’actualité.

Ces membres de GreenPeace, d’Extinction Rebellion, d’Alternatiba, de Stop Nucléaire, portaient des affichettes autour du cou. Citons celle-ci : “Gaz, charbon, pétrole et uranium – Arrêtons le pillage du sous-sol”. Ou cette autre : “Le nucléaire ne sauvera pas le climat”. Ce retour en force ahurissant du tout-nucléaire (énergie ultra-dangereuse, supposant une industrie massive ultra-centralisée, à base d’extraction de matière fossile, qu’est l’uranium) dit tout d’un choix économique qui entend recourir à toujours autant et plus d’électricité, pour toujours autant et plus de croissance, sans rupture de logique sur le fond.

Un grand panneau central interrogeait : “Pourquoi les promesses sont-elles toujours pour 2030, 2040, 2050 ?”. Et tant d’autres questions qui éveillent le fort soupçon que la COP 26, après toutes les précédentes, soit encore une COP pour rien. D’où cette adresse aux citoyens : “Soyons la contrainte qui manque aux accords de Paris et de Glasgow !” Les implications se traduisent à tous les niveaux. Notamment local.

Les défenseurs du climat s’étaient déjà mobilisés en début de semaine, pour une action d’éclat hélas passée inaperçue par excès de précaution anti-répression. Ils s’étaient rendus à l’aréoport de Montpellier Méditerranée, pour plusieurs die-in, jusque dans les salles d’embarquement. On était le lundi 7 novembre, jour de l’abandon des liaisons Air-France entre Paris et Montpellier. Mais cela en trompe l’oeil, puisque Transavia et Easyjet prennent le relais, avec le bénéfice de la casse sociale que cela signifie au passage.

Les militants du climat demandent l’arrêt pur et simple des liaisons, puisque la desserte par TGV se fait en à peine plus de trois heures, pour un bilan carbone quatre-vingt fois inférieur par passager. Mais des élus occitans (Kleber Mesquida, Carole Delga, le président de la Chambre de commerce Deljarry) ont fait assaut d’aveuglement en co-signant une lettre du député Vignal à la direction d’Air France.

Sans pudeur aucune, ils pleurnichent sur leurs avantages perdus : ne plus pouvoir faire l’aller-retour dans la journée en avion – ce que nombre de passagers font en train pour leurs obligations professionnelles, bien obligés –  ne plus pouvoir accéder aux confortables salons V.I.P. d’Air France, devoir transiter en navette bus quand les avions low-cost sont remisés à l’écart sur le tarmac. Là, on n’est même plus dans le monde d’avant, mais dans l’autre monde. Celui que ces fous projettent dans le mur. Mais nous avec.


ARTICLE SUIVANT :

Montpellier : gros coup de semonce des chauffeurs de bus tram