PoliceJustice
En Bref 21 mars 2020

Covid-19 : le maire de Montpellier souhaite instaurer « dès que possible » un couvre-feu

par Le Poing
Place de la Comédie de Montpellier, le 21 mars 2020.

Après Béziers, où un couvre-feu a été instauré de 22 heures à 5 heures du matin, c’est au tour de la mairie de Montpellier de durcir le confinement. Sur twitter, l’édile Philippe Saurel a « décidé » de quatre mesures : « fermeture de tous les marchés alimentaires, transports publics dédiés à ceux qui sont autorisés à travailler, dès que possible installation d’un couvre-feu 22h/5h, mise à disposition du gymnase Bernard Gasset pour l’aide alimentaire aux plus démunis ».

Ces mesures posent plusieurs questions : comment vont faire celles et ceux qui sont habitué·e·s à se ravitailler dans les marchés – c’est notamment le cas de nombreuses personnes âgées – si elles ne peuvent pas prendre les transports en commun pour se déplacer au supermarché le plus proche ? Celles et ceux qui ne respecteront pas le couvre-feu seront-ils menacé·e·s de deux mois de prison comme le prévoit la loi du 3 avril 1955 instituant un état d’urgence, en sachant que l’hygiène des cellules de commissariat comme celles des prison est absolument déplorable ? Les autorités vont-elles enfin mettre à disposition de celles et ceux qui organisent les maraudes pour les sans-abri des masques, des gants et du gel hydroalcoolique ? Qu’est-il véritablement prévu pour les milliers de sans-abri, hormis l’ouverture dérisoire de 50 places réparties dans deux gymnases interdits aux animaux ?

C’est l’occasion d’insister sur ce vœu de bonne intention : protégez-vous, et prenez soin de vos proches, notamment de vos voisins, et en particulier des plus fragiles qui auraient du mal à se déplacer. Seul le peuple sauve le peuple.


ARTICLE SUIVANT :

Premier cas avéré de Covid-19 à la prison de Villeneuve-lès-Maguelone : témoignage d’un détenu