Politique
Reportage 6 juin 2022

Deuxièmes assises de la presse libre : entre moments de joie et création d’un syndicat de la presse pas pareille

Le Poing et la Mule, membres du collectif Médias indépendants Montpellier, étaient présents ce week-end aux deuxièmes assises de la presse libre, indépendante et satirique organisées par le mensuel niçois Mouais. Un chouette moment de rencontres et de partage, mais aussi de structuration du réseau de cette presse par le biais de la création d’un syndicat.

C’est sous les oliviers de la ferme de la Sauréa, dans les hauteurs niçoises, que notre convoi Montpelliérain a retrouvé ses copaines de l’an dernier, à commencer par le Mouais, organisateur de ces rencontres, les Marseillais du Ravi et de CQFD, Mediacoop, l’Âge de Faire, la revue écolo Silence, Acrimed, l’ami Jocelyn des autres voix de la presse, les deux incorrigibles compères de Youtubercule, les crieuses d’Utopie, mais aussi quelques autres qui n’étaient pas là l’an dernier : Reporterre, Le Trente-deux, le Chiffon, No-Go Zone, la Revue ZTout un écosystème médiatique, salarié ou bénévole, qui (sur)vit tant bien que mal en proposant une information alternative, engagée, dans une démarche de contre-pouvoir face à la concentration des médias entre les mains d’une poignée de milliardaires.

La joie de se retrouver et d’échanger était palpable, et entre quelques batailles de ballots de paille, des ateliers et des échanges informels ont permis de discuter de l’avenir de nos médias respectifs : se professionnaliser, oui, mais comment ? Sous quel statut, avec quelles rentrées d’argent ? Comment remplir pour la première fois une fiche de paie pour une association, à qui s’adresser pour faire de l’éducation aux médias ? Comment renforcer le réseau de la presse libre ?

Cette dernière question a trouvé réponse dans la création d’un Syndicat de la Presse Pas Pareille (S.P.P.P.), avec un premier texte écrit et approuvé par les médias présents.
Le but de ce syndicat est d’offrir une plateforme de revendications à la presse libre, renforcer ses liens d’entraides par le biais d’informations, d’échanges de ressources, et également créer un espace de médiation pour les potentiels conflits entre médias, où chaque titre décide de manière égale à hauteur d’une voix par média. Pour y rentrer, le média doit être possédé par ses journalistes, ses lecteurs ou une association, être dans une démarche d’information et non une simple expression d’opinions, promouvoir une société plus juste et égalitaire sans exclure aucune catégorie de personnes, et s’engager à donner donner 1 % de ses ventes ou de son chiffre d’affaire au syndicat (le texte définitif est à venir et sera publié quand il sortira).

Outre ce travail, on retiendra de ces assises de joyeux moments festifs et de bonnes tranches de rigolade ; une super fanfare, un improbable mash-up de chanson française improvisé avec de solides imitations de Brassens, Renaud et Cabrel qui aura fait rire puis saoulé tout le bar (l’album arrive bientôt), et surtout, la volonté de se retrouver encore, et pas seulement une fois par an. Le réseau de la presse pas pareille se consolide, et ce n’est pas prêt de s’arrêter ! Encore un grand merci à toute l’équipe du Mouais, aux bénévoles et à la ferme de la Sauréa pour l’organisation de ces Assises, restez branchés, les prochaines rencontres arrivent bientôt…

Banderole d’hommage à Clément Meric, militant antifasciste tué le 5 juin 2013 par des militants d’extrême-droite.
Vue du bar


ARTICLE SUIVANT :

Deux militants français torturés et incarcérés dans l’Espagne de l’après-Franco