Social
Reportage 16 mai 2022

Le collectif “football du peuple Montpellier” au tournoi Sportgayfest : l’inclusion à travers le sport

L'équipe du football du peuple Montpellier lors du tournoi à Marseille

Le club de football populaire Montpelliérain a participé à un tournoi de football populaire à Marseille pour promouvoir la lutte contre les discriminations.

C’était la première fois que ce club populaire fondé en 2014 jouait à l’extérieur, ceci dans un tournoi et avec les maillots du club, fait á souligner car ces derniers sont réalisés par une coopérative espagnole et ont été votés par ses membres ! C’est une événement pour cette association qui promeut l’intégration et le mélange à travers le football populaire, qui va l’encontre du football moderne, car tout le monde peut venir jouer et aider au futur du club. Le collectif a dû passer en association pour faire des demandes de terrain, d’assurances et de subventions. Il n’en reste pas moins fidèle à son essence autogérée et populaire.

La 7éme place sur les 8 participants est un détail, car la compétition n’est pas le plus important, « c’est la passe » comme dit la phrase d’Eric Cantona, phrase inscrite sur le dos de leurs maillots. 

D’autres participations à des tournois ces 7 et 13 avril derniers se sont déroulés sur Montpellier, où ils ont obtenu la dernière et la troisième place. Et c’est un pas de plus pour cette équipe et ses membres qui fêteront leurs dix ans d’existence en 2024, qui continueront de façon autogérée à faire un autre football basé sur des valeurs de solidarité. Le tout deux fois par semaine au stade du Père Prévost, stade historique de Montpellier et où le club lutte également contre le béton qui les entourent. Parfois, des gens s’arrêtent regarder les matchs ou les observent depuis leurs balcons. Un espace où tout le monde est bienvenu !

Vous pouvez soutenir le club par un don financier, acheter le maillot in situ fait par La Lokomotora ou demander s’ il y a des besoins matériels, ça sert toujours un ballon ou des crampons !

HISTORIQUE DU CLUB PAR SES MEMBRES

Le Football du Peuple Montpellier est né de la volonté de deux étudiants de l’Université Paul Valéry, à la suite d’un voyage à Athènes en 2013 et de la découverte d’activités antifascistes à vocation sociale.

Le club a été créé dans le but principal de permettre à qui le souhaite de jouer au foot dans un cadre agréable, hors de toutes violences, qu’elles soient physiques, sexistes, homophobes, ou racistes. Les débutant(e)s sont poussé(e)s à progresser grâce à la bienveillance des plus fort(e)s.

Lors des matchs, en équipe de 6 contre 6, le jeu de passe, plus collectif, est largement favorisé au jeu de dribble plus individualiste afin de favoriser la participation du plus grand nombre au jeu.

Dans la mesure où les buts ne sont pas comptabilisés, le principe de compétition est aussi abandonné. Il n’y a ni gagnants, ni perdants, et donc aucune frustration. Le Football du Peuple souhaite ainsi déconstruire l’image moderne et négative du football pour montrer que la compétition n’est pas obligatoirement un moteur, et qu’il est possible de lui préférer l’entraide et le plaisir.

Si, pendant les premières années, les joueurs et joueuses étaient principalement des étudiant(e)s, aujourd’hui notre public s’est très diversifié. Des liens forts se sont tissés avec d’autres, qui ont permis de rentrer en contact avec des réfugié(e)s afin de leur donner un accès au sport, la possibilité de rencontrer d’autres personnes, de se créer un réseau social, ou encore de pratiquer le Français.

Le Football du Peuple est un microcosme de forte mixité sociale, avec des personnes très différentes, par leur nationalité, leur situation financière, ou leur âge. Le Foot du Peuple est un football sans insultes, sans discriminations, sans mauvais coups, dans un esprit de solidarité et dans la bonne humeur.

 Le rendez-vous a lieu tous les jeudis et dimanches après-midi au stade du père Prévost dans le quartier des Beaux-Arts de Montpellier.



ARTICLE SUIVANT :

Montpellier : second rassemblement de soutien contre la criminalisation de l’avortement aux USA