Monde
Analyse 2 novembre 2019

Les Kurdes de Montpellier commémorent la victoire de Kobané, dans un contexte marqué par l’agression turque

par Le Poing
Comme chaque semaine depuis début octobre, une centaine de Kurdes ont manifesté à Montpellier ce vendredi 1er novembre, date définie par le centre démocratique kurde comme la journée mondiale pour Kobané. La victoire de Kobané de 2014, décisive pour la déroute de l’État islamique et la « lutte contre l’obscurantisme », pour reprendre les mots des intervenants, a donc été célébrée par un cortège plus fourni qu’à l’accoutumée, dans un contexte marqué par une agression de l’armée turque qui a ravivé des polémiques.

De Kobané à Afrin

Kobané, cette petite ville kurde du nord de la Syrie, symbolise la victoire des milices kurdes sur l’État islamique : en septembre 2014, les troupes de Daech attaquent la ville, mais en janvier 2015, ils sont contraints de battre en retraite, défaits par les milices kurdes YPG-YPJ, avec le soutien aérien des États-Unis, et, plus marginalement, de peshmergas (soldats kurdes irakiens), et de l’armée syrienne libre (hostile au président syrien Bachar Al-Assad). À l’époque, les Kurdes sont encensés par les diplomates et les médias européens, et aussi par les militants anticapitalistes, qui comparent la bataille de Kobané à la résistance des antifascistes contre Franco lors de la guerre civile espagnole de 1936. Cette victoire renforce alors le Rojava, ce territoire du nord de la Syrie contrôlé par une administrative kurde favorable à l’autonomie et au confédéralisme politique, un projet politique inspiré par des théories libertaires.

En mars 2018, l’armée turque, qui a toujours considéré le projet kurde comme une menace pour sa sécurité et son unité, conquiert la ville d’Afrin, avec le soutien de milices islamistes. Et, surtout, début octobre 2019, les soldats étasuniens se retirent de la frontière turco-syrienne, et l’armée turque en profite immédiatement pour attaquer. En réaction, les milices kurdes passent un accord avec le président syrien Bachar al-Assad, responsable de la mort de milliers de manifestants lors des contestations populaires syriennes de 2011, qui ont dégénéré en une guerre civile (environ 370 000 morts pour le moment) comprenant d’innombrables belligérants : l’armée syrienne régulière, soutenue par l’Iran et la Russie ; l’armée syrienne libre, née de la rébellion de 2011, un temps armée par la France et les États-Unis ; d’innombrables groupes islamistes aux intérêts parfois contradictoires, dont Daech ; les milices kurdes, qui ont profité du chaos sécuritaire pour renforcer leurs positions au nord de la Syrie – liste non exhaustive. Pour justifier l’accord avec l’armée régulière syrienne, le chef militaire kurde Mazloum Abdi invoque un argument humanitaire : « Nous savons que nous devrons faire des compromis douloureux. Mais entre les compromis et le génocide de notre peuple, nous choisirons la vie. » (RFI, 13/10/2019)

Foutue guerre

Un vif débat, confidentiel mais pertinent, s’est ouvert il y a peu chez des militants anticapitalistes à propos de la situation en Syrie. Un article, notamment publié par Lundi Matin, accuse les milices kurdes d’avoir participé à la répression de rebelles syriens, au profit, de fait, de l’armée syrienne régulière, et remet en cause la réalité du processus révolutionnaire au Rojava, qui aurait aveuglé les militants anticapitalistes, au détriment de la solidarité avec les rebelles syriens. Des volontaires francophones partis se battre aux côtés des Kurdes ont publié une réponse acerbe : ils affirment que les Kurdes ont perdu des combattants en affrontant le régime de Bachar el-Assad, que l’armée syrienne libre n’existe plus depuis déjà plusieurs années, et que la révolution du Rojava est une réalité indéniable, et bien documentée. Un autre article, plus mesuré, rappelle que les Kurdes ont spontanément pris part à la rébellion de 2011, que l’armée syrienne libre est loin de représenter tous les Syriens hostiles à Bachar al-Assad qui ne sont pas islamistes pour autant, et qu’il est plus juste de parler de convergences d’intérêts plutôt que d’alliance entre les milices Kurdes et l’armée syrienne régulière.

De son côté, le centre démocratique kurde, qui organise depuis plusieurs semaines des dizaines de manifestations de soutien, ne cesse de réclamer une zone d’exclusion aérienne dans le nord de la Syrie, des sanctions contre le président turc Erdogan, la mise en place d’une « force d’interposition internationale le long de la frontière turco-syrienne » et l’inclusion des Kurdes dans le processus politique de résolution de la crise en Syrie. Selon le centre démocratique kurde, on compte, depuis le 9 octobre, 300 civils tués et 300 000 personnes déplacées. Les Kurdes de Montpellier devraient de nouveau manifester vendredi prochain, le Poing diffusera l’information dans son agenda quand elle sera confirmée. Pour soutenir les Kurdes, vous pouvez aussi signer cette pétition, et faire un chèque à l’ordre de « CDK-Montpellier » en inscrivant au verso « Roja Sol », à envoyer au CDK, 16 rue de la Teinturerie, 34000 Montpellier.


ARTICLE SUIVANT :

AdA, 1ère journée – Assemblés à Montpellier, les gilets jaunes réinventent leur démocratie