Social
Reportage 23 novembre 2018

Montpellier. Des militants du mouvement social appellent à rejoindre les gilets jaunes

par Le Poing

Une réunion portant sur le mouvement des « gilets jaunes » a réuni hier soir une cinquantaine de personnes au local associatif « Le Barricade », à Montpellier, sur la base d’un appel s’adressant à « ceux et celles qui sont régulièrement dans les luttes, du côté des exploités ». Les débats ont porté sur deux questions majeures : comment comprendre ce mouvement, et comment y intervenir ?

« L’action a été mise avant les discours »

Militants, curieux et « gilets jaunes » ont donné leurs opinions et formulé des propositions. Quelle grille de lecture utiliser pour comprendre ce mouvement ? Faut-il parler en termes de gauche et de droite, ou en termes de galériens opposés à l’élite ? Un intervenant présent sur les blocages tranche : « moi, j’étais sur le rond-point de Prés d’Arènes et là-bas, les gens se disent apolitiques mais se regroupent plus ou moins par sensibilité politique, et certains groupes veulent bloquer plus que d’autres. Je me suis aperçu que certains avaient des discours racistes et ne bloquaient rien, ils étaient juste là à regarder, et par contre il y avait des groupes beaucoup plus déterminés et le discours était très différent ! » Un autre confirme : « s’il y a une action raciste, c’est en étant présent qu’on peut discuter et l’empêcher ! »

« C’est un mouvement populaire, on doit être avec eux »

Un tel mouvement peut-il être récupéré par le patronat ? Un intervenant considère que la diversité des participants au mouvement est une force et que plus les blocages dureront, plus les syndicats patronaux se désolidariseront, et plus dure sera la répression. L’expérience de militants habitués aux mouvements sociaux pourrait alors être utile au mouvement pour contrer cette répression et renforcer la solidarité avec d’autres luttes – notamment avec la journée de mobilisation, ce samedi, contre les violences faites aux femmes appelée par le hashtag « Nous Toutes ».

La réunion se termine par une prise de décision collective en vue de la journée d’action de demain : sont décidés la participation aux blocages (rendez-vous demain à 8h30 au Barricade, 14 rue Aristide Ollivier) et à la manifestation (demain à 14h à la Comédie), ainsi que la diffusion d’un tract non signé intitulé « gilets jaunes, colère noire » proposant d’élargir la lutte : « Montrons que nous sommes unis et déterminés à faire plier le gouvernement, à élargir les revendications à d’autres causes qui rendent nos vies difficiles (transports, santé, éducation, justice…) » À Paris comme à Montpellier, le week-end s’annonce chaud !


ARTICLE SUIVANT :

Montpellier. Des citoyens se mobilisent pour SOS Méditerranée et le squat du Château