Social
Reportage 26 novembre 2019

Montpellier : face à la précarité, les étudiants imposent la distribution de 700 repas gratuits à Paul Valéry

par Le Poing
Les étudiants se sont mobilisés un peu partout en France ce mardi pour dénoncer leurs conditions de vie précaires. À Montpellier, une petite centaine de personnes se sont rassemblées devant le restaurant universitaire Vert-Bois pour une opération repas-gratuit. Sept cents étudiants ont ainsi pu manger à l’œil.

« Il faut que le ministère sorte le chéquier »

Dans sa prise de parole, la syndicaliste de Solidaires Étudiant·e·s a rappelé l’immolation de l’un de ses camarades, le 8 novembre devant le Crous de Lyon. « Ce n’est pas un cas isolé alarme-t-elle, la précarité tue tous les jours ! » Le drame a suscité une vague de contestation étudiante, et même parfois des blocages d’universités, comme à Lyon 2. Face a cette révolte, la secrétaire d’État à la jeunesse a reçu les organisations étudiantes et a fait trois annonces, qui sonnent « comme des insultes » aux yeux des militants de Solidaires : un numéro vert pour les étudiants en difficulté, l’instauration d’une trêve hivernale des expulsions dans les cités universitaires, et un renforcement du statut d’étudiant élu. « Mais qui le gouvernement croit-il acheter ? » a tonné la militante au micro.

Logement, santé, nourriture, frais d’inscriptions : le coût de la vie étudiante augmente et seulement 6% des étudiants ont accès à un logement en cité universitaire, quand le montant maximum des bourses s’élève tout juste à 550 euros par mois. Face à ces politiques antisociales, toutes les organisations étudiantes (l’Alternative, la FAGE, la FSE, l’UNEF et Solidaires Étudiant·e·s) se sont réunies lundi dernier au local de Solidaires, à Paris, pour fixer des revendications communes. Une première depuis le mouvement contre le CPE, en 2006. Voici les doléances : augmentation d’au moins 20% des bourses étudiantes, construction de nouvelles cités universitaires, gel des loyers, plus de moyens financiers et humains pour les services de santé, arrêt de la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, titre de séjour effectif pour tous les étudiants ou doctorants.

« Le problème est structurel, la réponse doit être structurelle, il faut que le ministère sorte le chéquier », a continué la militante. « Le pognon pour ça, il n’est pas compliqué à trouver ! Deux milliards pour le service national universel, toutes les niches fiscales… de l’argent, il y en a ! » L’intervention s’est conclue par une opération repas-gratuit, et ce sont ainsi sept cents plateaux du restaurant universitaire qui ont été distribués gratuitement.

Assemblée le 4, grève le 5

Quelles perspectives pour un mouvement étudiant encore hésitant ? À Montpellier, les militants de Solidaires ont affiché leur soutien au combat des gilets jaunes, ainsi qu’à l’ensemble des mobilisations mondiales actuelles, exprimant un ras-le-bol général des politiques d’austérité, et une envie d’en finir avec le capitalisme.

À la faculté Paul Valéry, les répercussions concrètes de ces politiques, c’est une répartition des cours sur douze semaines, au lieu de treize, marchande cette marchandisation sans les cours, normalement répartis sur treize semaines, le sont maintenant sur douze, en raison d’économies budgétaires et de la mise en place du plan « Nexus », dont l’objectif est de numériser les cours. Solidaires appelle à une assemblée générale le 4 décembre sur le parvis des amphithéâtres de la faculté Paul Valéry, et à se joindre à la grève du 5 décembre. De leur côté, les étudiants communistes appellent à un rassemblement ce jeudi à 16h devant les bureaux de la direction (bâtiment L).


ARTICLE SUIVANT :

Montpellier : détention provisoire pour un gilet jaune accusé d’avoir brûlé une voiture de police