Social
Reportage 11 novembre 2019

Montpellier : l’assemblée générale des gilets jaunes doute, mais reprend du service

Une cinquantaine de gilets jaunes se sont réunis ce dimanche 10 novembre pour la reprise de l’assemblée générale (AG) du Peyrou, d’abord dans le parc puis, à la suite d’un vote, devant le tribunal de grande instance de Montpellier situé juste en-dessous, pour soutenir les interpellés de l’appel national déférés au parquet.

Les débats se sont d’abord focalisés sur les raisons de l’interruption de l’AG au cours de l’été : fatigue et lassitude, ouverture du centre d’actions sociales autogéré et préparation intensive de l’Assemblée des assemblées (AdA), le tout reposant sur un groupe très limité de personnes – comme c’était le cas, auparavant, dans les commissions (notamment action et communication).

Le besoin de renouvellement, à la fois de l’effectif et des pratiques, s’est exprimé de multiples manières, suscitant un large consensus et guidant la stratégie pour les semaines à venir : l’AG a en effet acté le principe que la première priorité était de communiquer largement et le plus clairement possible sur sa reprise et les objectifs qu’elle se fixe, et d’appeler le plus grand nombre possible de gilets jaunes à la rejoindre – par des tracts, des publications, la distribution de la gazette des GJ ou des prises de parole lors des manifestations et rassemblements.

D’ici quelques semaines, si l’AG parvient à se regarnir et à se donner une nouvelle impulsion, la question de la remise en route des commissions s’imposera d’elle-même. D’ici là, seule la commission communication, en partie remaniée, va reprendre du service.

Plusieurs sujets plus ou moins urgents se sont ensuite égrenés : l’AG doit organiser la restitution des discussions de l’AdA à tous les groupes qui ont envoyé des mandatés, qui auront la charge de diffuser autour d’eux la sève de ces débats. La conclusion des groupes de travail qui ont planché sur l’anniversaire des 16 et 17 novembre devrait arriver très prochainement dans les boîtes mail des personnes concernées. Un bilan critique de l’organisation de l’AdA est prévu en cours de semaine, avec probablement une restitution publique de ce bilan par la suite. L’orga devra alors mettre en œuvre la passation avec l’équipe qui aura à charge de mettre sur pied la cinquième AdA, peut-être à Toulouse.

Le sujet de l’anniversaire du week-end prochain a ensuite été évoqué, et si différentes options sont sur la table pour samedi, l’AG a voté sa participation, dimanche 17, au village jaune du rond-point de Près d’arènes, pour partager un moment de détente et d’unité avec le reste des gilets jaunes et, notamment, pour communiquer sur place sur la reprise de l’AG et inviter celles et ceux qui le souhaitent à la rejoindre.

A aussi été évoquée la question de la réunion intergroupes, qui se tient à chaque fois dans une commune différente. Cette réunion, aux conditions d’accès souples – certains groupes refusant le principe du mandat et préférant venir en observateurs actifs, qui contribuent au débat sans participer aux votes et se chargent ensuite d’en faire le compte-rendu aux membres de leur assemblée, qui tranchent ensemble sur chaque sujet –, va notamment avoir à sa charge de préparer la grève du 5 décembre, présente dans l’esprit de l’ensemble des gilets jaunes.

Avant de se séparer, l’AG a appelé à participer à la manifestation de ce jour contre l’extrême-droite.

MAJ 14/11/2019 : Aux dernières nouvelles, l’appel de l’assemblée des gilets jaunes du Peyrou à se joindre au village jaune de Prés d’Arènes ne serait plus d’actualité.


ARTICLE SUIVANT :

A Montpellier, la police neutralise l'appel national des gilets jaunes