Politique
En Bref 22 janvier 2022

Nîmes : Des militants d’extrême droite attaquent des opposants à une réunion du parti de Zemmour

Un cordon de CRS s'est déployé devant la brasserie accueillant le meeting et les militants d'extrême-droite.

Ce vendredi 21 janvier, alors que Reconquête, le parti d’Eric Zemmour, donnait une réunion publique en face des arènes de Nîmes, des manifestants venus en opposition au polémiste d’extrême-droite se sont fait agresser par ses soutiens locaux. Parmi eux, La Ligue du Midi, groupuscule identitaire ultra-violent.

C’est une banderole qui aura déclenché les hostilités. Alors que Reconquête, le parti d’Eric Zemmour, donnait une réunion publique dans une brasserie de Nîmes, une quarantaine de militants sont venus afficher leur opposition au polémiste d’extrême-droite et à ses soutiens
.
Mais La Ligue Du Midi, groupuscule identitaire raciste et homophobe, faisait office de service d’ordre du rassemblement, devant la brasserie. Très vite, ils attaquent les contre-manifestants et volent la banderole. Un assaut éclate et les coups pleuvent des deux côtés. Sur les images, on voit Richard Roudier, président de la Ligue Du Midi, parler à ses complices.
La police arrive, et crée un cordon devant les militants d’extrême-droite, face aux antifascistes.

Une heure plus tard, une réaction antifasciste se met en place et une charge a lieu sur la terrasse du bar. Bilan de la soirée : un blessé et deux personnes gazées.

Comme le Poing l’a déjà évoqué précédemment, l’extrême-droite locale roule pour Zemmour dans cette campagne présidentielle : le groupe Montpelliérain jeunesse Saint-Roch avait déjà été aperçu au précédent meeting de Zemmour à Béziers.

Longtemps, le Front/Rassemblement national, très implanté dans le Gard, a pu garantir une rente à ses membres : postes d’élus, permanents… L’argent des subventions nourrissait l’appareil. L’affaiblissement de la marque Le Pen pousse les carriéristes et les radicaux à aller voir ailleurs. Il est donc logique que d’autres personnes et d’autres groupuscules soient entraînés dans la dynamique de la campagne Zemmour, au risque de multiplier les exactions, les scandales et le ridicule. La Ligue du Midi a ainsi eu jusque-là des positions plutôt favorables au candidat d’extrême droite. Il réalise le vieux fantasme du clan Roudier d’une candidature unitaire bien marquée à droite, sans programme social mais assumant l’outrance sur les classiques thèmes du triptyque Islam-Immigration-Insécurité.


ARTICLE SUIVANT :

Montpellier : une maman sans recours après des attouchements sur son fils