PoliceJustice
En Bref 19 juillet 2019

Portrait de Macron décroché à Assas : le militant perquisitionné et gardé à vue libéré sans convocation

par Le Poing
Lewis, en chemise à carreau, et ses soutiens à la sortie de sa garde à vue (photo visible sur la page facebook de la députée France Insoumise Muriel Ressiguier, portant l'écharpe tricolore sur la photo)
Après vingt neuf heures de garde à vue à la gendarmerie de Clapiers, le militant écolo et gilet jaune Lewis a été libéré jeudi sans convocation. Il avait été arrêté chez lui mercredi après avoir participé lundi au décrochage d’un portrait de Macron à la mairie d’Assas.

Les non violents subissent aussi la répression

Les militants d’Action non violente COP 21 revendique avoir décroché 117 portraits présidentiels depuis février, la dernière action étant celle de la mairie d’Assas. Pour Lewis, il s’agit de « laisser un vide dans la mairie qui représente l’action climatique du gouvernement. » Ces opérations symboliques sont notamment soutenues par des membres d’Alternatiba, des militants anti-nucléaires et des gilets jaunes à fibre écolo. L’objectif étant d’exposer pour fin août lors du G7 à Biarritz 125 portraits de Macron, « soit autant de jours qu’il a fallu à la France cette année pour épuiser sa part de ressources naturelles que la planète pour renouveler en un an » explique Alternatiba.

Le 12 juin, cinq « décrocheurs » ont été condamnés par le tribunal de Bourg-en-Bresse à 500€ d’amende avec sursis, et un sixième à 250€ d’amende, pour « vol en réunion avec ruse ». En revanche, trois autres « décrocheurs », accusés de « vol en réunion », ont été relaxé le 26 juin par le tribunal correctionnel de Strasbourg.

Perquisition et saisie d’ordinateur et de téléphone

Lewis a quant à lui subi une perquisition surprise à sept heures du matin, avant d’être placé en garde à vue pour « vol en réunion » : « Mon ordinateur et mon téléphone ont été saisis à la demande du parquet. Mais en garde à vue, mes droits ont été respectés. » Mercredi et jeudi, plusieurs personnes se sont rassemblées devant la gendarmerie pour soutenir Lewis, dont des militants écolos, de la France insoumise et des gilets jaunes. À la demande du procureur de la République de Montpellier, ces soutiens ont subi des contrôles d’identité.

« Pendant la garde à vue, il m’ont demandé si le portrait était chez moi, ils ont vite fait cherché et ils sont passés à autre chose. Ils ont plus essayé de savoir qui était derrière tout ça et comment on s’organisait » explique Lewis. Il est sorti de garde à vue sans convocation au tribunal, sans savoir s’il en recevra une par la suite. « Comme c’est “vol en réunion”, ils essaient de chopper d’autres gens, mais pour l’instant je suis le seul à avoir été en garde à vue pour le décrochage d’Assas. »

Sous Emmanuel Macron, que l’on soit pacifique ou non, toute action de contestation a désormais sa solution : la répression.

ARTICLE SUIVANT :

Un militant de Montpellier placé en garde à vue à Clapiers suite au décrochage d'un portrait de Macron à Assas