CultureSociete
En Bref 12 septembre 2022

Sète : les opposants stoppent le début du chantier du parking place du kiosque

Pour la seconde fois depuis le début de l’année 2022, le maire Les Républicains François Commeinhes, également président de Sète Agglopôle Méditerranée, a lancé les travaux de construction du parking souterrain prévu sous la place Aristide Briand de Sète. Les opposants auront réussi à obtenir l’abandon provisoire du chantier, malgré une intervention conséquente des polices nationales et municipales.

La place Aristide Briand de Sète, dite place du kiosque, se sera réveillée dans l’agitation ce matin du lundi 12 septembre. Dès 6h30, des ouvriers venus entamer le chantier d’un parking souterrain porté par la mairie LR de François Commeinhes et largement contesté par une partie de la population, envoyés par l’entreprise JBS, précèdent plusieurs dizaines d’opposants au projet, rapidement disposés en chaîne humaine et autres sittings pour empêcher la poursuite de l’opération et la pose de palissades autour de la place, pendant que d’autres manifestants expliquent par dizaine la situation aux riverains. Avant l’infructueuse intervention d’une bonne cinquantaine de policiers nationaux et municipaux.

Le collectif Bancs Publics, à la tête de l’opposition à ce projet de parking souterrain depuis 2021, aura efficacement joué d’un important réseau de mobilisation : autour de 10h30, et après quelques bousculades et contusions, les forces de police se retirent de la place, une mesure de maintien de l’ordre émise par le préfet de l’Hérault demande à l’entreprise de partir à son tour, le démarrage du chantier est interrompu. Pour combien de temps ?

Une première tentative avait déjà été lancée au mois de janvier, sans même que la mairie ne prenne la peine d’afficher un quelconque permis de construire. Cette fois-ci l’édile François Commeinhes l’aura joué autrement : le fameux sésame s’affiche depuis deux semaines maintenant sur les panneaux qui entourent la place.

Insuffisant pour les opposants au parking. Un référé pour suspendre le permis de construire a été déposé par une avocate du collectif Bancs Publics devant le Tribunal Administratif de Montpellier, lequel doit encore être examiné prochainement par un juge. Pour le collectif, les travaux ne devraient pas pouvoir commencer légalement avant qu’une réponse ne soit rendue. Si les opposants se voient déboutés de leur référé suspensif, ils promettent d’en faire d’autres très rapidement. Et en cas de victoire devant le Tribunal Administratif, la validité du projet devra être jugée sur le fond.

En attendant, les militants, qui organisent très régulièrement des manifestations et rassemblements contre le projet, promettent de revenir en cas de redémarrage du chantier. D’où la décision de la mairie de poster des équipes de surveillance près de la place.

Selon le collectif Bancs Publics, le projet menace l’existence du kiosque de la place, emblème de la ville, la vie sociale et culturelle sètoise avec les marchés et brocantes du centre-ville organisés place Aristide Briand, les commerces des rues autour, et tout particulièrement les commerçants non-sédentaires, et 76 tilleuls argentés inscrits au Plan Local d’Urbanisme (PLU) en tant qu’alignement d’arbres remarquables. En plus d’évidents problèmes environnementaux : bétonnisation croissante des sols, dé végétalisation d’une ville déjà peu pourvue en espaces verts.

Le futur parking devrait pouvoir accueillir 300 véhicules, sur deux étages, et demande des travaux titanesques liés à la présence de l’eau à seulement six ou sept mètres sous le sol de la place, prévus sur minimum deux ou trois ans. Inutile hors des mois de juillet et août pour les militants, qui voient dans le choix de la droite municipale sètoise une virée inconséquente vers le tout-tourisme.

Pétition à signer et infos sur les initiatives de l’opposition au projet sur leur site internet, ou sur leur page Facebook.


ARTICLE SUIVANT :

MNA ou pas, l’enfant a le droit à l’école, un toit et des papiers