Social
En Bref 26 janvier 2020

Acte 63 des gilets jaunes à Montpellier : quelques centaines de manifestants en centre-ville.

par Le Poing
Début de l'acte 63 à Montpellier

Place de la Comédie, ils étaient entre deux et trois cents ce samedi à se rassembler progressivement, tranquillement, entre 14h et 15h, malgré les contrôles d’identité effectués par la gendarmerie déployée au pied des trois grâces.

Contrôles d’identité place de la Comédie

Entre discrètes et chaleureuses discussions entre habitués des samedis jaunes et slogans repris par la foule, la manifestation s’élance une fois de plus vers le Polygone. Bloquée à la base de la Comédie par un cordon de gendarmes mobiles, elle revient sur ses pas sans tensions notables. Le bruit court dans les rangs des jaunes : l’objectif sera, comme à l’accoutumée, d’accéder à l’entrée du centre commercial pour lui faire fermer ses grilles d’entrée. Pas à l’intérieur toutefois, c’est que la dernière invasion de ce temple de la consommation a été nettement plus suivie par les forces de l’ordre que d’habitude. Les CRS et la CDI avaient passés un accord avec les vigiles du centre commercial pour installer des barrages filtrants aux entrées, faisant peser une menace d’interpellations sur les manifestants. Cette semaine, les gilets n’ont pas envie d’en prendre le risque. « On se réserve pour l’appel national le week-end prochain », rigolent quelques malicieux.

Le cortège choisit donc de faire le tour par la gare et le passage de l’horloge. Aux portes du Polygone, les slogans retentissent plus forts, des sourires s’épanouissent sur les visages ! Malgré cette routine qui se reproduit et qu’on sait devoir être bousculée, on est contents de se retrouver, de chanter encore après 63 semaines de mobilisation « On est là, on est là ! ».

Ce blocage durera un peu plus d’une heure, avant que la manifestation prenne le très connu chemin de la préfecture, où la dispersion se fera rapidement, sans heurts !

Une interpellation est à déplorer suite aux contrôles d’identité précédant le départ du défilé.

Et rendez-vous est fixé la semaine prochaine, pour un appel national à manifester sur Montpellier qui s’annonce autrement plus détonnant !


ARTICLE SUIVANT :

Montpellier : une coordination des luttes gonflée à bloc