PoliceJustice
En Bref 27 octobre 2021

Couple blessé par balle par la BAC : de nouvelles images invalident le récit de la préfecture de Paris

Capture d'écran d'une vidéo prise par un automobiliste témoin des tirs de la police, dans la nuit du 15 au 16 août, publiée sur le compte Twitter Uchiwa TV

Dans la nuit du 15 au 16 août à Stains en Seine-Saint-Denis, un couple est gravement blessé par de nombreuses balles tirées à bout portant dans l’habitacle d’un véhicule par la police. La préfecture de Paris se porte tout de suite garante des agents de la BAC impliqués. Près de deux mois et demi plus tard, de nouvelles images remettent en question la version officielle.

Les images ont fait le tour du web à la mi-août. Dans la nuit du 15 au 16 août à Stains en Seine-Saint-Denis, la voiture d’un couple est arrêtée par une voiture de police banalisée. Dans des circonstances troubles, deux agents de la BAC se retrouvent à faire feu à de multiples reprises dans l’habitacle du véhicule, blessant très grièvement ses occupants.

Nordine mettra près d’un mois à se confier dans la presse, dans un entretien accordé au Bondy Blog. « Nous aurions pu mourir, je ne comprends pas pourquoi ils ont tiré autant de fois, ils auraient pu viser les roues. » L’homme, atteint de sept à neuf balles, passe tout près d’une amputation du bras, alors que sa compagne a le poumon perforé.

Immédiatement, la préfecture de police se porte garante des flics via son compte Twitter. En situation de légitime défense, ils auraient fait feu après que le conducteur du véhicule ait fait marche arrière, percutant un troisième agent en position de sécurisation. Puis un des flics qui a finit par faire feu aurait été traîné sur plusieurs mètres après une tentative pour neutraliser le conducteur. Quelques jours d’Interruption Temporaire de Travail (ITT) à la clé pour les agents de la BAC.

Deux mois et demi après les faits, Le Monde vient de sortir un article, ce 26 octobre, basé sur le visionnage d’une nouvelle vidéo prise par un autre automobiliste témoin de la scène, et sur un entretien avec un autre policier présenté comme un spécialiste de ce type d’intervention. La vidéo montre que les policiers ne portaient au moment de l’intervention aucun brassard, que leur voiture banalisée n’a pas de gyrophare pendant l’intervention. Un des membres de la BAC passe son bras par la fenêtre ouverte du véhicule du couple, pour y prendre quelque chose. “J’ai eu très peur, j’ai voulu fuir parce qu’à aucun moment je me dis que ces hommes sont des policiers.”, commente Nordine lors de son entrevue avec le Bondy Blog. C’est à ce moment là qu’il redémarre et commence à faire marche arrière. A aucun moment la nouvelle vidéo ne fait état d’un fonctionnaire de police traîné sur plusieurs mètres après une tentative pour neutraliser le conducteur… “Pas grand chose ne va sur ces images”, commente le policier interrogé par Le Monde. L’avocat de Nordine, Me Yassine Bouzrou, déclare : “la seule hypothèse que j’estime valable est celle d’une tentative de vol à main armée commise par ces fonctionnaires.”

Nordine est visé par une enquête pour « refus d’obtempérer » et « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique » . De l’autre côté, les membres de la BAC93 impliqués doivent être entendus par la juge d’instruction chargée du dossier dans le cadre d’une procédure ouverte pour “violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique “ , après que la qualification de “tentative d’homicide volontaire”, un temps envisagée, a été écartée par le parquet de Bobigny…


ARTICLE SUIVANT :

Une brocante au profit du Secours Populaire de Montpellier