Politique
En Bref 26 mars 2018

Le compte twitter officiel de la faculté de droit de Montpellier a partagé une pétition de soutien à Pétel avant de la retirer

par Le Poing

La ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a missionné une enquête de l’inspection générale de l’administration de l’éducation et de la recherche suite à l’attaque d’une milice cagoulée et armée contre des étudiants grévistes. Le procureur de la République de Montpellier a indiqué que le parquet de Montpellier « a ouvert une enquête pour des faits de violences en réunion et avec arme ».(1) Celui qui n’avait pas encore démissionné de son poste de doyen de la faculté de droit et de science politique, Philippe Pétel, est accusé d’avoir commandité cette attaque. Il a déclaré devant les caméras : « Ils [les agresseurs] ont voulu se défendre et je ne peux pas les en blâmer. […] Je les approuve totalement. » « Jusqu’à la violence ? » demande le journaliste. « Il faut ce qu’il faut » répond Philippe Pétel.(2) Interrogé par libération sur la complicité de certains professeurs dans cette attaque, Philippe Pétel a répondu « oui, c’est possible qu’il y ait un prof de droit, c’est possible ».(3) L’étau se resserre contre Philippe Pétel et pourtant, le compte twitter de la faculté de droit et de science politique de Montpellier a partagé samedi soir une pétition de soutien à Philippe Pétel, encore visible hier soir, mais qui a mystérieusement disparu ce matin. Le Poing immortalise cette preuve du soutien des responsables de la communication de la faculté de droit et de science politique de Montpellier à Philippe Pétel :

Le compte twitter « facDroitMontpel » est indiqué sur le site de l’université de Montpellier comme le compte twitter officiel de la faculté de droit et de science politique de Montpellier.

Sources :

(1) « Fac de Montpellier : enquête judiciaire et administrative après l’évacuation violente d’étudiants », Le Parisien, 23 mars 2018
(2) Journal télévisé de 20 heures de TFI (à partir de 19 minutes) : https://www.tf1.fr/tf1/jt-we/videos/20-heures-24-mars-2018.html
(3) « Le doyen de la fac de droit de Montpellier a-t-il fait rentrer des militants cagoulés pour tabasser les bloqueurs ? », CheckNews de Libération, 23 mars 2018


ARTICLE SUIVANT :

Situation confuse devant la faculté de droit et de science politique de Montpellier