PoliceJustice
En Bref 3 juillet 2020

Nîmes : 12 mois de prison dont 6 avec sursis pour le gilet jaune Roland Veuillet

Le 27 mai 2016 à Lunel, face à Roland Veuillet, Emmanuel Macron a déclaré : "La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler".

Le verdict est tombé hier, jeudi 2 juillet : Roland Veuillet, gilet jaune et syndicaliste Nîmois connu pour son engagement et pour l’acharnement judiciaire dont il est victime, a été condamné à 12 mois de prison (six mois ferme avec mandat de dépôt et six avec sursis), plus 1500 euros d’amende.

Pour rappel, Roland Veuillet s’est fait arrêter lors d’une action de soutien aux sans papiers le 30 mai à Nîmes pour non respect de son contrôle judiciaire, formulé en attente d’un précédent procès reporté déjà maintes fois. Il avait alors été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Nîmes.

Contacté par la rédaction du Poing, un de ses proches et membre de son comité de libération nous a expliqué le déroulement de l’audience.

« Le procès a été très long. Le procureur a demandé 18 mois dont 9 ferme. La cour a délibéré, l’a reconnu coupable de tous les chefs d’inculpations qui le visaient, et l’a condamné à 12 mois de prison, six mois ferme avec mandat de dépôt et six mois avec sursis, plus 1500 euros d’amende aux policiers qui ont porté plainte contre lui. Il n’avait pas d’avocat. Il a demandé en ouverture du procès son report et son dépaysement. Le tribunal a refusé. C’était un huis clos pour cause de Covid, mais on était 70 militants devant le tribunal. Il est reparti ensuite à la maison d’arrêt. On ne sait pas si il va faire appel. »

Avant son arrestation, Roland Veuillet avait entamé une procédure de recours contre le procureur de Nîmes pour dénoncer la partialité de celui-ci et protester contre et l’acharnement judiciaire dont il est victime.


ARTICLE SUIVANT :

«  Ce Ségur est une grosse blague ! » : la colère des hospitaliers montpelliérains ne faiblit pas