Politique
En Bref 13 septembre 2022

Presse pas pareille : Le Ravi est mort

Après deux décennies de galères et de lutte pour une alternative informationnelle en région PACA, le mensuel d’enquête et de satire Marseillais a annoncé sa fin vendredi soir, à la suite d’une liquidation judiciaire. Triste nouvelle pour la presse indépendante.

Si l’information est une bataille, on peut dire que le Ravi est mort au front. Il était pourtant de tous les combats en faveur de la presse indépendante : rencontre au ministère de la Culture, manifs’, coordination permanente des médias libres et plus récemment syndicat de la presse pas pareille, nos camarades marseillais, qui nous avaient ouverts leurs portes en juin 2021 pour nous montrer leurs locaux, étaient des moteurs dans le petit monde de la presse alternative.

Vendredi soir, à Marseille, le Ravi a donc déposé le bilan. Après de sempiternels appels aux dons auprès de leur lectorat, le lâchage de certaines collectivités locales qui allouaient des aides aux médias associatifs et l’inflation qui touche autant le prix du papier que le portefeuille des lecteurs, le journal a finalement baissé les bras, comme il l’expliquait sur son site internet.

Alerte : presse indépendante en danger

Nos camarades auvergnats de Mediacoop le rappelaient ce lundi 12 septembre, la presse indépendante va mal : L’Arlésienne, (du côté d’Arles, comme son nom l’indique) a décidé de faire une pause, Bastamag a annoncé dans un de ses éditos ses difficultés financières, L’Age de Faire convoque une réunion de crise en septembre pour parler de son avenir. Le journal pourtant écolo, dans cette période où la question du climat est centrale, a perdu un abonné sur cinq en quelques mois.”

Alors que les grands groupes de presse engrangent plusieurs millions d’euros d’aides à la presse, nos petits médias rament. On le dira jamais assez : lisez, diffusez, soutenez votre presse indépendante ! Cependant, ce discours n’est pas suffisant, comme le résume Seb, du Ravi : “« Les lecteurs ne sont pas responsables, moi je suis désolé de l’hypocrisie du pouvoir qui nous parle de combat contre la fake news mais laisse crever les médias critiques. », tout en disant ne plus rien attendre des pouvoirs publics. Heureusement, d’autres, comme Le Poing, La Mule et bien d’autres, continuent, bien que difficilement, le combat pour une alternative médiatique. La suite reste donc à écrire, et de nouveaux modèles sont plus que jamais nécessaires à construire.


ARTICLE SUIVANT :

Sète : les opposants stoppent le début du chantier du parking place du kiosque