PoliceJustice
En Bref 5 novembre 2019

Vague d’interpellations ciblées à Montpellier en lien avec l’attaque des serveurs de la fac Paul-Valéry

par Le Poing
Barricade devant l'entrée d'un bâtiment de la faculté Paul-Valéry pendant le mouvement social contre la sélection à l'université.

L’assemblée de Montpellier contre les violences d’État et pour les libertés a publié ce matin ce message sur sa page facebook : « Une vague de perquisitions et d’interpellations ciblées sont en cours à Montpellier, en lien avec l’attaque des serveurs informatiques de la faculté Paul-Valéry datant d’avril 2018, pendant le mouvement social contre la sélection sociale à l’université ». Cette information est vérifiée. Plusieurs personnes ont été placées en garde à vue ce matin. Le 11 avril 2018, des étudiants en lutte avaient en effet rendu hors-service les serveurs de la faculté pour contrecarrer la tactique du président Patrick Gilli, qui avait organisé des examens en ligne pour contourner le blocage des salles d’examens. La ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal avait promis, le jour même, des « poursuites judiciaires ». Le 23 avril 2018, pendant les vacances, des policiers avaient investi la faculté, notamment pour relever des empreintes dans la salle des serveurs.


ARTICLE SUIVANT :

Montpellier : une épée de Damoclès sur le foyer de migrants d’Euromédecine